Une révolution sous nos yeux (Christopher Caldwell)

Sur le site de Famille Chrétienne, un commentaire de « l’ouvrage-choc » – et politiquement incorrect de Christopher Caldwell  – Une révolution sous nos yeux. Comment l’islam va transformer la France et l’Europe :

Dans une somme fourmillante de près de cinq cents pages, Christopher Caldwell remet les pendules à l’heure. Sa thèse est simple : la vieille Europe se métamorphose sous l’effet de l’islam. Diagnostic encouragé par une spécialiste de l’immigration comme Michèle Tribalat qui déclare, en guise de préface, que « les effets sociaux, spirituels et politiques de l’immigration sont considérables et durables, alors que ses effets économiques sont faibles et transitoires ». Prenant à rebours le politiquement correct, Caldwell explique que la culture des Européens mute sous leurs yeux […].

[…] Parmi les multiples pistes ouvertes par Caldwell, la plus stimulante concerne sans doute le destin d’une Europe déchristianisée qui doit gérer la montée en puissance de l’islam. L’auteur dénonce une naïveté occidentale qui imagine que l’islam va se séculariser à son contact. Le rêve risque de se transformer en cauchemar : « L’islam n’est pas devenu le vestige que la plupart des Européens imaginaient ».

Cette résistance du fait religieux (musulman) conjuguée au déclin de la pratique chrétienne oblige à regarder l’islam en face, sans œillères occidentales. Mais Caldwell va plus loin. Et si l’islam réveillait le désir religieux des Européens ? […]

Lire l’article complet

Un extrait

« Quand une sous-culture profondément religieuse fait irruption dans une autre qui l’est moins, les réactions des autochtones sont généralement de deux sortes. La première est franche, directe et réactionnaire : les autochtones se tournent vers leur ethnicité et leurs traditions. Ils tendent à percevoir l’abandon de leurs traditions religieuses […] comme une erreur. La seconde est faite de morgue. La société autochtone considère la distance prise avec la religion non comme une perte culturelle, mais comme une conquête culturelle. Elle proclame son universalisme post-religieux avec plus de force, plus d’arrogance, plus de snobisme aussi. »

Laisser un commentaire