Politique et amour du prochain

«Le manque d’amour, son abaissement et son abâtardissement permanents, malgré quelques discours pseudo-religieux, ne fait pas que nous déshumaniser. Il finit par nous dépolitiser. L’amour, en revanche, pousse à prendre soin des biens et surtout du bien commun, qui génère et accroît les biens particuliers. Une politique sans amour du prochain, sans passion pour le bien, aboutit à un rationalisme de la négociation ou à un appétit vorace uniquement tourné vers la jouissance du pouvoir. Aucune éthique n’est ici possible, car l’autre ne suscite aucun intérêt.» 

SOURCE : Seul l’amour nous sauveraPape FrançoisPAROLE ET SILENCE (30 mars 2013)

Laisser un commentaire