Top 20 Livres Hebdo du 5 au 11 décembre 2016

Demain les chats (Bernard Werber)Grand calme dans le classement

Le trio de tête demeure inchangé. L’opus 24 de Blake & Mortimer, Le Testament de William S. se classe toujours en tête des ventes. Il est suivi de  Harry Potter et l’enfant maudit et de Chanson douce inchangés également.

En revanche, après une entrée en fanfare, Révolution d’Emmanuel Macron perd 9 places pour sa troisième semaine. Espérons pour lui que ce n’est pas un présage de sa candidature et de sa popularité.

Demain les chats de Bernard Werber reprend soudainement 7 places confirmant une belle carrière commencée il y a bientôt 3 mois.

Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson confirme en gagnant 5 places.

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes fait une entrée méritée au Top 20 après 3 mois de classement dans les meilleures ventes de livres au format poche.

Voir aussi le :

1 Blake & Mortimer 24. Le testament de William S.
Sente, Juillard
2 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
3 Chanson douce
Leila Slimani
4 Petit pays
Gaël Faye
+1
5 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
-1
6 La fille du train
Paula Hawkins
+1
7 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
+1
8 Demain les chats
Bernard Werber
+7
9 13 à table ! 2017. Restos du Cœur +1
10 L’avenir en commun
Jean-Luc Mélenchon
-1
11 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
+5
12 Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une
Raphaëlle Giordano
+2
13 Le premier miracle
Gilles Legardinier
-1
14 One-Punch Man 5
One, Yusuke Murata
 nouveau 
15 Révolution
Emmanuel Macron
-9
16 Mémé dans les orties
Aurélie Valognes
 nouveau 
17 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
-6
18 Intimidation
Harlan Coben
-1
19 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
 retour 
20 Mortels trafics
Pierre Pouchairet
-7

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

BD. Meilleures ventes du 28 novembre au 4 décembre 2016

Trolls de Troy 22. A l'école des trolls (Arleston, Mourier)2 nouveautés cette semaine :

L’Arabe du futur. 1978-1984 de Riad Sattouf fait un timide retour au classement.

Et une question : comment Christophe Arleston fait-il ? Non seulement il a une production invraisemblable mais en outre il classe 3 de ses derniers titres au classement !

1 Blake & Mortimer 24. Le testament de William S.
Sente, Juillard
2 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
3 Seuls 10. La machine à démourir
Vehlmann, Gazzotti
4 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
5 Lou ! 7. La cabane
Julien Neel
+3
6 Boule & Bill 37. Bill est un gros rapporteur !
Christophe Cazenove, Jean Bastide
+1
7 L’Arabe du futur. 1985-1987
Riad Sattouf
+2
8 Trolls de Troy 22. A l’école des trolls
Arleston, Mourier
 nouveau 
9 Thorgal 35. Le feu écarlate.
Dorison, Rosinski
-3
10 Lanfeust Odyssey 8. Tseu-hi la gardienne
Arleston, Tarquin
-5
11 Les Tuniques bleues Volume 60. Carte blanche pour un bleu
Raoul Cauvin, Willy Lambil
-1
12 Les Sisters 11. C’est dans sa nature
Christophe Cazenove, William Maury
13 Les blagues de Toto 13. Super zéro !
Therry Coppée
 nouveau 
14 Les naufragés d’Ythaq 14. Le joyau du génie
Arleston, Floch
-3
15 L’Arabe du futur. 1978-1984
Riad Sattouf
 retour 

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Poche. Meilleures ventes du 28 novembre au 4 décembre 2016

La magie du rangement (Marie Kondo)Quelques légers mouvements au classement mais rien de très significatif.

Et ce n’est pas l’unique nouveauté de la semaine, La magie du rangement de Marie Kondo, qui bouleverse le classement en se classant 24ème sur 25.

C’est pourtant un petit livre fort intéressant qui, mieux que de la simplifier, propose de s’alléger la vie. Nous sommes tellement encombrés de choses qu’il est logique que les pensées ne trouvent pas place dans nos petites têtes saturées. Donc comment économiser temps, place, argent et surtout disponibilité d’esprit ? Commencez par lire Marie Kondo pour y trouver quelques idées fructueuses.

A quand un livre qui nous permettrait de ranger dans nos esprits le flux d’informations dont les médias nous inondent. Informations souvent imprécises voire erronées, d’ailleurs.

1 La fille du train
Paula Hawkins
2 13 à table ! 2017. Restos du Cœur +1
3 Mortels trafics
Pierre Pouchairet
-1
4 Mémé dans les orties
Aurélie Valognes
+2
5 L’affaire Cendrillon
May Higgins Clark, Alafair Burke
6 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-2
7 Mirage
Douglas Kennedy
8 Le secret du mari
Liane Moriarty
9 Le jour où j’ai appris à vivre
Laurent Gounelle
+1
10 L’amie prodigieuse : enfance, adolescence
Elena Ferrante
+2
11 Que ta volonté soit faite
Maxime Chattam
+2
12 L’instant présent
Guillaume Musso
-3
13 Réparer les vivants
Maylis de Kerangal
-2
14 Check-point
Jean-Christophe Ruffin
15 Les quatre accords toltèques. La voie de la liberté personnelle
Miguel Ruiz
+2
16 Maman a tort
Michel Bussi
17 Les dieux du verdict
Michael Connelly
-2
18 Tu me manques
Harlan Coben
+1
19 La mémoire des embruns
Karen Viggers
-1
20 Dans le jardin de l’ogre
Leila Slimani
21 Mille femmes blanches
Jim Fergus
+1
22 Mr Mercedes
Stephen King
+3
23 L’homme qui voulait être heureux
Laurent Gounelle
24 La magie du rangement
Marie Kondo
 nouveau 
25 L’étranger
Albert Camus
-4

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Essais. Meilleures ventes du 28 novembre au 4 décembre 2016

Révolution (Emmanuel Macron)Ça bouge au classement des essais ! Les livres politiques évoluent (vite) au gré de l’actualité. En outre, un certain nombre de nouveautés secouent un tantinet le classement. Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas …

L’actualité politique

Emmanuel Macron avec Révolution est toujours en tête. Il faut le lire car sachez-le Macron a dit qu’il ne rédigerait pas de programme et n’annoncerait que quelques orientations. « Les programmes n’engagent que ceux qui les écoutent » disait Charles Pasqua mais en un programme qui devra s’adapter au réel et un chèque en blanc … A titre personnel, je ne suis pas prêt à m’engager sur la simple jeunesse et quelques bonnes intentions d’Emmanuel Macron.

Si vous voulez un programme, lisez en revanche L’avenir en commun de
Jean-Luc Mélenchon. 83 mesures pour 3€ : l’investissement en vaut la peine soit pour s’extasier sur notre dernier révolutionnaire, soit pour le maudire. On pourra aussi comparer son programme avec celui du Front National qui semble lui ressembler de plus en plus : ce qui doit le mettre dans un état de nerfs …

Un Président ne devrait pas dire ça … de Fabrice Lhomme, Gérard Davet gagne encore une place. J’avais parié la semaine dernière qu’il reculerait. J’ai perdu mais attendons la semaine prochaine …

Et évidemment François Fillon se maintient avec Vaincre le totalitarisme islamique qui se place en 5ème position et Faire qui progresse encore de 11 places, progression que j’avais anticipée quant à elle.

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique de la Conférence des Évêques de France en revanche perd 22 places. Il est vrai que depuis que Fillon a remporté la primaire, Juppé n’est plus là pour le titiller avec les positions de l’Eglise.

La mémoire du 13 novembre (fin n°2)

Le reflux rapide des livres consacrés aux attentats de 2015 se poursuit :

La désaffection est plutôt brutale et sévère …

Quelques belles progressions surprise

Born to run de Bruce Springsteen regagne 10 places après une carrière déjà longue et belle.

Promenades en bord de mer et étonnements heureux d’Olivier de Kersauson progresse de 15 places.

Et pour les sciences, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité de Yuval Noah Harari et Le carnet scientifique de Mathieu Vidard regagnent respectivement 13 et 18 places.

Sacré Albert !

Les sciences sont d’ailleurs à la fête car Le pays qu’habitait Albert Einstein d’Etienne Klein se classe d’entrée de jeu en 20ème position. Et pourtant, ce livre a provoqué une assez méchante polémique : l’Express a accusé Etienne Klein de plagiat ce qui est assez exagéré et révèle un goût exacerbé de la polémique. C’est peut-être aussi un peu par jalousie car Etienne Klein avait, comme par hasard il y a quelques semaines, contribué à un dossier du Point sur Einstein.

Et Einstein est toujours assez porteur mais à la longue énervant. Comme je vais avoir l’air de taper dessus, disons-le clairement, Einstein est un génie. La messe est dite, mais :

  1. la relativité restreinte est la preuve d’une belle intuition et d’un remarquable esprit de synthèse. Cependant les travaux précurseurs de Lorentz et Poincaré (Henri et non Raymond) avaient assez largement préparé le terrain. En outre, demandez à n’importe quel élève de prépa scientifique, ce n’est pas la branche la plus difficile de la physique
  2. la relativité générale représente quant à elle une réelle révolution. En outre, elle révèle une remarquable maîtrise du calcul tensoriel qui n’est pas à la portée de tout le monde : il y a des indices partout, bref un truc d’initiés que je ne renonce pas à comprendre un jour mais le temps presse.
  3. mais de façon fort peu scientifique, cette théorie montrait à Einstein un univers en expansion. Or il n’y croyait pas, il a donc introduit une constante d’intégration qui forçait l’univers à être stationnaire. Désolé mais c’est une horreur que de tordre ses propres calculs pour les faire cadrer avec une croyance, vous avez bien lu une croyance … Ce qui n’empêche pas les gogos de crier au génie quand l’énergie sombre se comporte comme la constante d’intégration d’Einstein. Et pourtant elle n’a pas du tout la valeur prévue puisque l’univers n’est non seulement pas stationnaire conformément aux rêves les plus chers d’Einstein mais en expansion, accélérée qui plus est. Du moins, dans l’état actuel de nos connaissances et de nos mesures depuis 20 ans.
  4. par malheur, Einstein n’a rien compris mais alors ce qui s’appelle rien à la physique quantique.Il lui a en revanche été fort utile. La découverte de l’effet photo-électrique a été un des déclencheurs de l’émergence de la physique quantique. Mais par la suite, Einstein a émis un grand nombre d’objections et ses débats avec Niels Bohr sont restés fameux. Evidemment quand un Einstein vous critique vous écoutez et ses remarques ont eu un effet aussi stimulant sur la recherche qu’elles étaient infondées. Car jusqu’à présent, Bohr a toujours eu raison contre Einstein qui avait manifestement des difficultés à sortir du déterminisme à la Newton.
  5. enfin, ses citations sur tous les sujets imaginables sont aussi lassantes que les avis politiques et les pensées profondes du moindre acteur de cinéma. Certes, les médias l’ont titillé et lui ont demandé son avis sur tout et rien : il n’était pas obligé de leur répondre.

Bref Einstein est l’exemple même du grand scientifique autant par ses découvertes que par ses erreurs. Mais nous ne sommes pas obligés d’en faire une vache sacrée …

 

et toujours le Charme discret de l’intestin au 10ème rang … et si j’écrivais un ouvrage sur la pancréas, organe connu uniquement pour ses cancers funestes ?

 

1 Révolution
Emmanuel Macron
2 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
+1
3 L’avenir en commun
Jean-Luc Mélenchon
 nouveau 
4 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
5 Vaincre le totalitarisme islamique
François Fillon
-3
6 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
7 De l’âme
François Cheng
-2
8 Le pouvoir au féminin
Elisabeth Badinter
+2
9 Mille vies valent mieux qu’une
Jean-Paul Belmondo
+5
10 Le charme discret de l’intestin.Tout sur un organe mal aimé
Giulia Enders
-2
11 Faire
François Fillon
+13
12 Les lois naturelles de l’enfant
Céline Alvarez
13 Les cloches sonneront-elles encore demain ?
Philippe de Villiers
-6
14 Lettres à Anne. 1962-1995
François Mitterrand
-1
15 Libérez votre cerveau ! Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société
Idriss Aberkane
16 Le grand roman des maths
Mickaël Launay
-7
17 La convergence des consciences
Pierre Rabhi
+1
18 Métronome Volume 2. Paris intime au fil de ses rues
Lorant Deutsch
+4
19 Bienvenue dans le pire des mondes
Natacha Polony
-3
20 Le pays qu’habitait Albert Einstein
Etienne Klein
 nouveau 
21 7 façons d’être heureux
Luc Ferry
-4
22 Un cadeau du ciel
Françoise Hardy
-3
23 Born to run
Bruce Springsteen
+10
24 Promenades en bord de mer et étonnements heureux
Olivier de Kersauson
+15
25 Les bios (très) interdites
Vincent Dedienne
 nouveau 
26 Les revenants
David Thomson
 nouveau 
27 Sapiens. Une brève histoire de l’humanité
Yuval Noah Harari
+13
28 Croire au bonheur
Ingrid Chauvin
-1
29 Le carnet scientifique
Mathieu Vidard
+18
30 Médecin du Raid. Vivre en état d’urgence
Matthieu Langlois
-4
31 Laëtitia ou la fin des hommes
Ivan Jablonka
-10
32 Guide des 4000 médicaments
Bernard Debré, Philippe Even
+2
33 Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique
Conférence des Évêques de France
-22
34 Philosopher et méditer avec les enfants
Frédéric Lenoir
+1
35 Au-delà de l’impossible
Didier Van Cauwelaert
-4
36 Nos 14 novembre
Aurélie Silvestre
-16
37 La grande histoire du monde
François Reynaert
-12
38 Vous n’aurez pas ma haine
Antoine Leiris
-10
39 La consolation
Flavie Flament
+3
40 Les vrais ennemis de l’Occident
Alexandre Del Valle
+5
41 La où le soleil disparaît. Autobiographie
Corneille
42 Best of Aller-Retour en Absurdie
Stéphane de Groodt
 nouveau 
43 Trois amis en quête de sagesse.
Christophe André
+3
44 Rossi. La Légende
Michel Turco
 retour 
45 Les derniers libertins
Benedetta Craveri
 nouveau 
46 Le Gorafi 2017  nouveau 
47 Camus. L’art de la révolte
Abd Al Malik
-4
48 Je suis Paris -16
49 Le kit de survie aux toilettes
Florian Gazan
 nouveau 
50 30 ans (10 ans de thérapie)
Nora Hamzawi
-13

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Romans. Meilleures ventes du 28 novembre au 4 décembre 2016

Le premier miracle (Gilles Legardinier)Semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016

Chanson douce de Leila Slimani et Petit pays de Gaël Faye sont encore en tête.

Le premier miracle de Gilles Legardinier les rejoint sur le podium et confirme une belle carrière tranquille.

Les belles remontées

Le diable est dans les détails de Leila Slimani se classe dès sa publication en 32ème position. Il s’agit d’un recueil de 6 textes déjà publiés qu’il a paru opportun de republier dans la foulé du Goncourt.

La chimiste de Stephenie Meyer gagne 12 places pour atteindre le 26ème rang.

Le cri de Nicolas Beuglet gagne encore 10 places et semble bien bénéficier d’un bouche à oreille favorable.

Quelques chutes

Agatha Raisin. Pas de pot pour la jardinière de M.C. Beaton perd 10 places mais Agatha Raisin. La quiche fatale fait son apparition au classement. M.C. Beaton a trouvé un lectorat fidèle …

 

En résumé, pas grand-chose à dire cette semaine …

1 Chanson douce
Leila Slimani
2 Petit pays
Gaël Faye
3 Le premier miracle
Gilles Legardinier
+7
4 Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une
Raphaëlle Giordano
-1
5 Demain les chats
Bernard Werber
6 Intimidation
Harlan Coben
+3
7 Autre-monde 7. Genèse
Maxime Chattam
-3
8 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
-2
9 Le dernier des nôtres
Adélaïde de Clermont-Tonnerre
-2
10 Le piège de la belle au bois dormant
Mary Higgins Clarke, Alafair Burke
-2
11 L’espionne
Paulo Coelho
+2
12 Dans la paix des saisons
Christian Signol
13 La fille de Brooklyn
Guillaume Musso
+5
14 Babylone
Yasmina Reza
-3
15 Le bazar des mauvais rêves
Stephen King
+4
16 La vengeance des mères
Jim Fergus
-1
17 Comme une respiration …
Jean Teulé
-3
18 Repose-toi sur moi
Serge Joncour
-1
19 Ma part de Gaulois
Magyd Cherfi
-3
20 L’homme qui voyait à travers les visages
Eric-Emmanuel Schmitt
21 Face à la mer
Françoise Bourdin
+2
22 Riquet à la houppe
Amélie Nothomb
+3
23 Le temps est assassin
Michel Bussi
+6
24 Dieu n’habite pas La Havane
Yasmina Khadra
+3
25 Une avalanche de conséquences
Elizabeth George
-3
26 La chimiste
Stephenie Meyer
+12
27 Le garçon
Marcus Malte
-6
28 L’homme-dé
Luke Rhinehart
-4
29 Sphinx
Christian Jacq
+4
30 En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut
+2
31 Le cri
Nicolas Beuglet
+10
32 Le diable est dans les détails
Leila Slimani
 nouveau 
33 Ecoutez nos défaites
Laurent Gaudé
-3
34 Bridget Jones Baby
Helen Fielding
+1
35 L’archipel d’une autre vie
Andreï Makine
+1
36 Landon Tome 2. Between
Anna Todd
-10
37 Les vies de papier
Rabih Alameddine
38 Journal d’un homme heureux
Philippe Delerm
+9
39 Agatha Raisin. Pas de pot pour la jardinière
M.C. Beaton
-11
40 La quatorzième colonie
Steve Berry
+3
41 Désorientale
Négar Djavadi
-10
42 Monsieur le Curé fait sa crise
Jean Mercier
-8
43 Continuer
Laurent Mauvignier
-4
44 Numéro 11. Quelques contes sur la folie des temps
Jonathan Coe
-2
45 Le cinquième évangile
Ian Caldwell
 retour 
46 Agatha Raisin. La quiche fatale
M.C. Beaton
 nouveau 
47 Agatha Raisin. Randonnée mortelle
M.C. Beaton
-7
48 Les bottes suédoises
Henning Mankell
49 Guerilla : le jour où tout s’embrasa
Laurent Obertone
-3
50 La Cheffe, roman d’une cuisinière
Marie Ndiaye
-5

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Top 20 Livres Hebdo du 28 novembre au 4 décembre 2016

L'avenir en commun (Jean-Luc Mélenchon)La politique toujours …

L’opus 24 de Blake & Mortimer, Le Testament de William S. se classe toujours en tête des ventes.

Mais pour le reste, peu de changements significatifs au classement sinon en matière politique.

Révolution d’Emmanuel Macron demeure stable et ne perd qu’une place.

La renonciation de François Hollande booste les ventes de Un Président ne devrait pas dire ça … de Fabrice Lhomme et Gérard Davet qui reprend 7 places : les badauds aiment regarder partir les ambulances après un accident …

Mais c’est L’avenir en commun de Jean-Luc Mélenchon, son livre-programme pour les présidentielles 2017, qui crée la surprise en se classant d’emblée en 9ème position. Bon, 3€ pour 128 pages, ce n’est pas cher … Et pourtant, je doute que beaucoup souhaitent partager leur avenir avec Jean-Luc Mélenchon, même si Arnaud Montebourg lui fait quelques appels du pied, probablement intéressés.

En revanche, la victoire de François Fillon aux primaires de la droite n’aura eu qu’un effet éphémère sur ses titres puisque Vaincre le totalitarisme islamiqueen 11ème position la semaine dernière, disparaît du classement.

Voir aussi le :

1 Blake & Mortimer 24. Le testament de William S.
Sente, Juillard
2 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
+1
3 Chanson douce
Leila Slimani
-1
4 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
5 Petit pays
Gaël Faye
+1
6 Révolution
Emmanuel Macron
-1
7 La fille du train
Paula Hawkins
8 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
+7
9 L’avenir en commun
Jean-Luc Mélenchon
 nouveau 
10 13 à table ! 2017. Restos du Cœur
11 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
+2
12 Le premier miracle
Gilles Legardinier
 retour 
13 Mortels trafics
Pierre Pouchairet
-4
14 Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une
Raphaëlle Giordano
-6
15 Demain les chats
Bernard Werber
+3
16 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
17 Intimidation
Harlan Coben
 retour 
18 Seuls 10. La machine à démourir
Vehlmann, Gazzotti
-4
19 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
20 Autre-monde 7. Genèse
Maxime Chattam
-8

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Top 20 Livres Hebdo du 21 au 27 novembre 2016

Balke @& Mortimer. Le Testament de William S. (Sente,Juillard)Les évolutions du classement

Cette semaine, trois belles entrées et un retour dans le classement.

L’opus 24 de Blake & Mortimer, Le Testament de William S. se classe dès sa parution en tête des ventes. Il faut bien reconnaître que la succession de E.P. Jacobs est bien assurée : les albums conservent l’esprit et le graphisme de façon remarquable. Fan d’E.P. Jacobs, je demeure fan de la reprise. Et zut aux puristes !

Comme prévu, Révolution d’Emmanuel Macron fait une entrée remarquée en 5ème place. Ce jeune homme est effectivement assez intéressant comme toute nouveauté. Et si cet ouvrage permet de comprendre sa vision de la modernisation de la France, il ne sera pas inutile. Pour ma part, je ne comprends pas plus l’apport de Macron que celui de Bruno Le Maire : la nouveauté n’est pas un programme en soi. A suivre … Il n’empêche qu’avec un titre aussi tonitruant que Révolution, il vaut mieux ne pas servir un bol d’eau tiède.

Sans surprise, la victoire, aussi éclatante qu’inattendue de François Fillon aux primaires de la droite, réveille l’intérêt pour ses derniers ouvrages. Comme nous le disions dans un autre post, il est peut-être temps de lire François Fillon. Vaincre le totalitarisme islamique se classe donc en 11ème position.

Enfin, pour une raison qui m’échappe, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano fait un retour tonitruant dans le classement en se classant 8ème.

Voir aussi le :

1 Blake & Mortimer 24. Le testament de William S.
Sente, Juillard
 nouveau 
2 Chanson douce
Leila Slimani
-1
3 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
4 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
-2
5 Révolution
Emmanuel Macron
 nouveau 
6 Petit pays
Gaël Faye
7 La fille du train
Paula Hawkins
-3
8 Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une
Raphaëlle Giordano
retour
9 Mortels trafics
Pierre Pouchairet
+2
10 13 à table ! 2017. Restos du Cœur -3
11 Vaincre le totalitarisme islamique
François Fillon
 nouveau 
12 Autre-monde 7. Genèse
Maxime Chattam
-7
13 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
-4
14 Seuls 10. La machine à démourir
Vehlmann, Gazzotti
-1
15 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
-7
16 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
17 Platinum End 3
Takeshi Obata, Tsugumi Ohba
 nouveau 
18 Demain les chats
Bernard Werber
+2
19 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
-7
20 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-5

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Il serait peut-être temps de lire Fillon !

Faire (François Fillon)Alain Juppé se reproche – amèrement – de ne pas avoir lu le programme de François Fillon. La primaire est passée avec la surprise qui n’aura échappé à personne. François Fillon est en route vers une élection présidentielle qui n’est pas gagnée, loin s’en faut. Car pour lui les difficultés commencent aujourd’hui.

Afin de ne pas commettre l’erreur d’Alain Juppé, il reste environ six mois pour se faire une idée personnelle de son programme – ne laissons pas les autres penser pour nous -. Mais il faut aussi en comprendre la vision sous-jacente. Notre période économiste a trop tendance à voir dans le taux de croissance l’horizon indépassable des sociétés humaines.

Fillon libéral ? Le libéralisme n’est qu’un instrument : quel est pour François Fillon sa finalité ?

Fillon conservateur ? Son programme, « radical » comme il le dit lui-même, suppose s’il est appliqué, même en partie, des changements d’une ampleur incompatible avec un quelconque conservatisme. « Réactionnaire » serait-il plus adapté ? Au sens premier du terme, Fillon réagit mais veut-il revenir à un âge d’or fantasmé par certains chroniqueurs qui ont fini par en faire leur fonds de commerce ?

Emettons une hypothèse : et si François Fillon était simplement gaulliste ?

Qu’est-ce que le gaullisme ? Répétons cette citation que tout le monde connaît pour l’oublier aussitôt ;

Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a en moi d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J’ai d’instinct l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que la France n’est réellement elle-même qu’au premier rang : que seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans grandeur.

Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome 1, Plon, 1954

Les passages surlignés traduisent, à notre avis, la philosophie sous-jacente du programme de François Fillon et ces « éléments de langage » étaient présents dans son discours de Lyon dans l’entre-deux tours : il suffisait de les écouter. Et les commentateurs s’interrogent depuis hier sur les « valeurs françaises » que François Fillon évoquait dans son discours de victoire parce qu’ils ont oublié cette profession de foi du Général.

Il me semble que la valeur qu’il veut restaurer est simplement la grandeur. Par orgueil personnel ou par nationalisme exacerbé et dangereux ? Difficile de voir un sociopathe dans sa personnalité.

Non car force est de constater que la France est obsédée par le déclin. Que ce déclin soit réel ou supposé n’est pas le sujet, il est vécu, ressenti et inhibe toutes les potentialités des Français qui font, qui sont la France. Rendons-leur la grandeur, ils retrouveront la générosité. Et c’est ce cercle vertueux qu’espère le programme de François Fillon.

Sacré pari tout de même !

Alors lisons François Fillon :

Vaincre le terrorisme islamique (François Fillon)La France peut supporter la vérité (François Fillon)

Et pour ceux qui voudraient mieux comprendre comment François Fillon est devenu candidat de la droite aux Présidentielles 2017 après 5 années de présidence Sarkozy et le psychodrame des élections de novembre 2012 à la présidence de l’UMP, nous vous renvoyons à notre page François Fillon.

Ces années méritent un regard rétrospectif. Elles expliqueront la constitution de l’équipe qui partira à la conquête de la Présidence à compter d’aujourd’hui. Et la suite peut-être …

Top 20 Livres Hebdo du 14 au 20 novembre 2016

Chanson Douce (Leila Slimani)Les évolutions du classement

Lucky Luke Volume 7. La terre promise et Chanson douce de Leila Slimani permutent au classement : le Goncourt se retrouve donc en tête.

Et enfin ! Gaël Faye remporte le Goncourt des Lycéens pour Petit pays. Et revient ainsi dans le classement à la sixième place.

Autre-Monde 7. Genèse de Maxime Chattam fait une belle entrée en 5ème place. L’impatience de lire la fin du cycle de l’Autre-Monde ?

Voir aussi le :

1 Chanson douce
Leila Slimani
+1
2 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
-1
3 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
4 La fille du train
Paula Hawkins
5 Autre-monde 7. Genèse
Maxime Chattam
 nouveau 
6 Petit pays
Gaël Faye
+23
7 13 à table ! 2017. Restos du Cœur
8 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
-3
9 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
-1
10 Thorgal 35. Le feu écarlate
Xavier Dorison, Rosinski
-1
11 Mortels trafics
Pierre Pouchairet
 nouveau 
12 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
-2
13 Seuls 10. La machine à démourir
Vehlmann, Gazzotti
 nouveau 
14 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
-3
15 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-3
16 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
-3
17 L’affaire Cendrillon
May Higgins Clark, Alafair Burke
-2
18 Naruto 72
Masashi Kishimoto
-12
19 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
+5
20 Demain les chats
Bernard Werber
+5

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Vive l’individualisme ?

Vive l'individualisme ? L'autre individualisme (Alain Laurent)Nous sommes tous des sujets pensant à partir de nos sensations et émettant actes et paroles perçus par les autres qui sont autant de sujets pensants. Nous sommes donc tous en quelque sorte mécaniquement égocentrés sinon égocentriques.

Et ce positionnement comme centre de l’univers de nos perceptions, et non de l’univers tout court, fait de chacun un individu isolé mais non nécessairement solitaire.

Si l’individualisme, c’est considérer comment JE peux apporter à la collectivité et comment la collectivité peut M’aider, ce n’est plus de l’égoïsme. S’enrichir par l’autre et enrichir l’autre ne sont pas incompatibles et peuvent être aussi individualistes qu’ils sont altruistes.

En revanche un individualisme captateur, centripète vit une forme d’assistanat puisqu’il dépend entièrement de l’autre. Un individualisme fort et prêt à la réciprocité est nécessaire aux échanges qui font d’un ensemble d’individus une société.

Alors vive cet individualisme-là ?

Une interview de l’auteur dans Le Point

Réhabiliter un certain individualisme est l’objectif de L’Autre individualisme, anthologie de textes présentés par Alain Laurent qui explique sa démarche dans l’article Vive l’individualisme ! du Point.fr de ce jour :

En psychologie, [l’individualisme] est un comportement indépendant et autonome, le contraire du suivisme. En politique, la valorisation de l’initiative privée, la volonté de privilégier le développement des droits et des responsabilités de l’individu – par opposition au collectivisme. C’est l’application de la fameuse devise d’Emmanuel Kant : oser penser par soi-même. Quoi de plus stimulant et salutaire en ces temps de manipulation de masse sur Internet ? Or aujourd’hui, l’individualisme est défini uniquement comme l’impérialisme du moi, l’égoïsme, le repli sur soi. (voir la suite sur Le Point.fr)

L’Eglise et l’individualisme

On peut être en désaccord avec l’auteur quand il avance que « L’Église catholique autant que le communisme ont combattu l’individualisme ». Certes, l’individualisme est incompatible avec le totalitarisme qu’il soit nazi ou communiste mais ce cousinage insinué de l’Eglise avec un totalitarisme est pour le moins désagréable.

Pour l’Eglise, l’individu a en effet une valeur sacrée puisqu’elle proclame l’égale dignité de chacun en soi et non dans ce qui fait sa valeur pour la collectivité. Cette valeur de l’individu qu’elle appellera plutôt la « personne humaine » vient de sa création à l’image de Dieu et de l’amour que Dieu porte à chacun. Il me semble donc qu’il y a contresens et à tout le moins une méconnaissance de l’Eglise.

En revanche, l’Eglise combat l’individualisme quand il devient égoïsme oublieux de l’amour dû au prochain comme à Dieu ou s’il sert de justification à la rupture avec cette communauté de l’Eglise à laquelle chaque baptisé appartient. C’est donc l’individu en rupture de relations qu’elle condamne non l’individu en soi.

Penser par soi-même

Mais, on comprend mieux cette ambiguïté quand dans la suite de l’entretien il insiste : « les religions communient toutes dans l’exécration du penser par soi-même ». Or à ma connaissance, Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin ont bel et bien pensé par eux-mêmes et l’Eglise n’a pas toujours refusé les idées nouvelles.

C’est même le statut d’une hérésie qui nous le démontre : que des idées nouvelles aient été refusées prouvent que d’autres ont été acceptées. La Révélation du Nouveau Testament ne constitue en rien un catéchisme dogmatique et les esprits rationnels et philosophiques des premiers Pères à compter de Saint Justin ont ressenti le besoin de préciser des notions.

On peut ainsi dire sans craindre le bûcher que si la Trinité et la double nature du Christ ont été admis comme dogmes, leur formulation a été une nouveauté concurrente d’autres formulations, les hérésies, qui ont été considérées comme erronées après débats et vote majoritaire (ce qu’on oublie toujours).

Donc penser par soi-même, l’Eglise l’admet parfaitement. Quand cette pensée individuelle permet une meilleure compréhension de la Révélation, de la nature de l’Homme ou de Dieu ou des actions les plus appropriées – la Morale si démodée -, elle peut même s’inscrire dans la Tradition. Car la Tradition chrétienne est tout sauf statique puisqu’elle est déploiement et explicitation de la Révélation dans l’Histoire.

Liberté de penser

Il y a, ce me semble, une confusion sur la liberté de penser. Ai-je le droit de penser ce que je veux ? Qu’en dit la science ?

J’ai le droit imprescriptible de penser que 2+2=5 mais je me trompe. Et en contrepartie de ce droit à l’erreur, d’une part, je ne peux imposer cette croyance erronée et, d’autre part, je dois en subir les conséquences. Je dois donc  accepter de payer deux viennoiseries à 2€ chacune pour un total de 5€ à mon pâtissier mais je ne peux lui demander de m’en donner 5 si je lui en demande 2 fois 2. Absurde cet exemple ? Autant que penser par soi contre la vérité.

Les religions ne font rien d’autre que la science en matière de vérité.

Un musulman qui considérerait que Mohammed n’est pas le prophète d’Allah pourrait-il se prétendre musulman ? On connaît d’avance la réponse d’un djihadiste mais le musulman le plus modéré aurait la même.

Un chrétien qui pense que le Christ n’est pas le Fils de Dieu ne peut plus être considéré comme un chrétien.

Que diriez-vous d’un professeur de mathématiques qui soutiendrait qu’un carré n’a pas 4 côtés égaux ou oublierait qu’il doit comporter un angle droit ?

Les religions quand elles ne sont pas vues sous l’angle du fondamentalisme ne sont donc pas plus dogmatiques que la science. Religions et sciences ne sont que l’histoire des erreurs évitées.

A charge des religions, il faut admettre que les erreurs des unes ne sont pas nécessairement celles des autres. Mais les sciences, humaines en particulier, sont-elles indemnes de ce type de débat ? Je n’en suis pas si sûr : il suffit de considérer par exemple le long débat sur les origines de l’autisme entre psychanalystes et neurologues.

Religions et sciences sont donc une longue quête patiente de la vérité. La différence est que les religions croient connaître le terme de cette recherche.

L’Histoire cependant nous montre que les religions erronées finissent pas disparaître. Au risque de vous attrister, je vous informe par exemple que ce n’est pas un certain Poséidon qui provoque les tempêtes.

Et c’est ici que nous revenons à la notion d’un individualisme fort. Penser par soi-même dans l’Eglise suppose une bonne connaissance de base et l’audace d’affronter 2000 ans de maîtres. Car défier Saint Augustin et Saint Thomas peut sembler téméraire mais pourquoi pas ? Rien ne dit qu’ils soient des maîtres définitifs : la preuve en est qu’ils ne sont pas toujours en accord. Encore faut-il les connaître, comprendre de quoi ils parlent.

En revanche, le petit individualisme se cantonne à son point de vue restreint, à sa petite logique propre et à sa connaissance limitée, ce qui fait de sa pensée une simple opinion : « je crois que 2+2=5 ».

Top 20 Livres Hebdo du 6 au 13 novembre 2016

terre-promise-lucky-luke-7-achde-julLes évolutions du classement

Lucky Luke Volume 7. La terre promise arrache la 1ère place, suivi de Chanson douce de Leila Slimani qui en gagnant deux places confirme son statut de Goncourt.

Ce faisant, ils chassent (qui a dit « Enfin ! » dans le fond ?) Harry Potter du podium qu’il détenait depuis 4 semaines : c’est beaucoup mais insignifiant à côté des célèbres 50 nuances de Grey (soupir … là, c’est moi).

Mais les six premiers restent inchangés.

En revanche, on notera la disparition des Tuniques bleues Volume 60. Carte blanche pour un bleu et de XIII Mystery Volume 10. Calvin Wax qui ne seront restés au Top qu’une semaine : le succès d’une BD est parfois éphémère, monde impitoyable.

13 à table ! 2017. Restos du Cœur, le florilège annuel publié au bénéfice fait la plus belle remontée (+11) du classement. Mais comme dit Lino Ventura à Venantino Venantini dans les Tontons Flingueurs : « si c’est une oeuvre alors … ». Bref, l’important est de l’acheter.

Nous verrons ce qu’il en sera de Thorgal 35. Le feu écarlate de Xavier Dorison, Rosinski qui fait une belle entrée en 9ème position.

Quelques titres au long cours

Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson gagne encore 6 places après 5 semaines de présence.

Et apparaissent au classement, certes en 19 et 20èmes position, Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre et Comme une respiration … de Jean Teulé. Mais ces deux titres figurent depuis plus de six semaines au Top 50 des romans.

Pour ces trois romans, cette carrière au long cours révèle un bouche à oreille favorable qui est le meilleur des prix littéraires. Certes Le dernier des nôtres a obtenu le Grand Prix de l’Académie Française, mais, au risque de vexer nos Immortels, ce n’est pas le prix littéraire le plus « vendeur ».

Voir aussi le :

1 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
+1
2 Chanson douce
Leila Slimani
+2
3 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
-2
4 La fille du train
Paula Hawkins
-1
5 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
6 Naruto 72
Masashi Kishimoto
+1
7 13 à table ! 2017. Restos du Cœur +11
8 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
+1
9 Thorgal 35. Le feu écarlate
Xavier Dorison, Rosinski
 nouveau 
10 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
-4
11 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
-3
12 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-2
13 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
+6
14 Fairy Tail Volume 54
Hiro mashima
15 L’affaire Cendrillon
May Higgins Clark, Alafair Burke
 nouveau 
16 Mirage
Douglas Kennedy
17 La cabane. Lou ! Volume 7
Julien Neel
-6
18 My hero Academia 6
Kohei Horikoshi
 nouveau 
19 Le dernier des nôtres
Adélaïde de Clermont-Tonnerre
 nouveau 
20 Comme une respiration …
Jean Teulé
 nouveau 

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Histoire du Louvre, une somme remarquable

Histoire du Louvre, une somme remarquableUn article de Didier Rykner dans La Tribune de l’Art dresse un commentaire élogieux de l’Histoire du Louvre en 3 volumes publiée par Fayard le 28 septembre.

C’est une somme remarquable que viennent de publier les éditions Fayard et le Musée du Louvre. Rien de moins, en trois tomes, 1992 pages et 1300 illustrations, qu’une « Histoire du Louvre » qui restera longtemps, sans aucun doute, l’ouvrage le plus complet et le plus savant sur ce sujet. Ajoutons que ces trois volumes restent maniables grâce à un format moyen qui permet de les tenir en main sans trop d’effort, ce qui n’est pas une petite qualité pour ce type de livres. Bref, sur le plan éditorial, il s’agit d’une réussite incontestable. (lire la suite sur le site)

Nous sommes en mesure ce confirmer cette présentation à une remarque près : certes maniable, n’espérez tout de même pas lire cet ouvrage dans votre baignoire. Quant à dire qu’il est savant, c’est parfaitement exact mais, compte tenu de la diversité des contributions, les amateurs, éclairés ou non, y prendront également plaisir et intérêt.

Les 3 volumes sont organisés ainsi :

  1. l’histoire du palais de Philippe Auguste au Premier Empire
  2. l’histoire du palais devenu musée de la Restauration à nos jours
  3. le dernier volume est présenté sous forme d’un dictionnaire qui détaille par thématiques les sujets qui concernent le fonctionnement du musée et leur histoire.

Et revenons sur la conclusion de Didier Rykner :

On arrêtera là nos critiques, somme toute secondaires et qui ne remettent absolument pas en question l’essentiel d’un ouvrage dont nous ne saurions trop dire l’intérêt. Nul doute que cette monumentale Histoire du Louvre rendra bien des services aux chercheurs et passionnera nombre d’amateurs. Quant à l’histoire récente, il faudra un jour la réécrire, mais nous ne serons sans doute plus là pour la critiquer.

Une excellente idée de cadeau pour les amoureux des arts et de l’histoire : Noël approche !

 

Top 20 Livres Hebdo du 31 octobre au 6 novembre 2016

terre-promise-lucky-luke-7-achde-julLes évolutions du classement

Comme on pouvait le prévoir son Prix Goncourt propulse Chanson douce de Leila Slimani en 4ème place du Top 20 où il ne figurait pas la semaine dernière même s’il figurait au classement des romans.

L’évolution du classement s’explique principalement par l’arrivée de 3 BD :

et de 2 mangas :

Une forte présence des BD et des mangas

Au Top 20 figuraient déjà 2 BD et un manga (français !) donc avec 5 BD et 3 mangas, les livres « graphiques » représentent 40% du Top 20 des ventes. Certains esprits ronchons pourraient y voir le signe d’un déclin de la lecture. Ce serait caricatural.

La BD est d’une rare diversité et il faut saluer l’inventivité des scénarios et la qualité des dessins. Certaines sont plus proches d’un art que certains romans que les critiques portent aux nues de la littérature et qui disparaissent non dans la poussière des siècles mais dans celle des semaines tant leurs qualités sont évanescentes.

Le manga est plus difficile à appréhender. Les thématiques sont également très variées. C’est à leur graphisme qu’il faut s’habituer.

Digression sur les séries

La multiplication des BD et mangas me fait penser à ce qu’on observe au niveau des séries. Leurs réalisateurs parviennent à produire des dizaines d’heures au scénario brillant, aux acteurs impeccables et à la réalisation irréprochable en un an de tournage.

Pendant ce temps, des réalisateurs de cinéma mettent des années pour sortir un film aussi prétentieux que les commentaires de la presse spécialisée accompagné d’une promotion où les acteurs extatiques s’envoient des pelletées d’éloges aussi sincères qu’un ralliement de Sarkozy à Juppé (ou l’inverse) le soir du 27 novembre.

J’avais, par exemple, été exaspéré par les commentaires éblouis de Full Metal Jacket avant même le premier tour de manivelle. Un film de Kubrick ne pouvait être qu’un chef d’oeuvre. J’ai vu tous les Kubrick, sauf étrangement Shining, et Kubrick a commis quelques indiscutables chef-d’oeuvre. Mais Full Metal Jacket n’arrivait à la cheville ni de Voyage au bout de l’enfer, ni d’Apocalypse Now, ni de Platoon, films dont il tentait d’être la synthèse et le couronnement, tentative aussi vaine qu’une synthèse de des pensées du Dalaï-Lama et d’Abou Bakr el Baghdadi (le calife de Daesh pour ceux qui ne lisent pas la presse et qui ont perdu leur sonotone). Aparté, un peu long, certes, un peu injuste, peut-être, mais qui défoule.

En restant dans la comparaison avec les séries, je mettrais les mangas au niveau des sitcoms, en noir et blanc qui plus est. Que les amateurs de mangas me pardonnent, je ne critique pas leurs goûts, j’avoue simplement ne pas accrocher avec leur graphisme même si je suis plutôt fan de l’esthétique japonaise.

Voir aussi le :

1 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
2 Lucky Luke Volume 7. La terre promise
Achdé, Jul
 nouveau 
3 La fille du train
Paula Hawkins
-1
4 Chanson douce
Leila Slimani
 nouveau 
5 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
-2
6 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
-2
7 Naruto 72
Masashi Kishimoto
 nouveau 
8 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
-3
9 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
-3
10 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-1
11 La cabane. Lou ! Volume 7
Julien Neel
-4
12 Les Tuniques bleues Volume 60. Carte blanche pour un bleu
Raoul Cauvin, Willy Lambil
 nouveau 
13 XIII Mystery Volume 10. Calvin Wax
Fred Duval, Corentin Rouge
 nouveau 
14 Fairy Tail Volume 54
Hiro Mashima
 nouveau 
15 L’Arabe du futur 3. 1985-1987
Riad Sattouf
-7
16 Mirage
Douglas Kennedy
17 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
-7
18 13 à table ! 2017. Restos du Cœur  nouveau 
19 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
-8
20 Demain les chats
Bernard Werber
-6

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Election de Donald Trump : un peu de recul

Après l’élection de Donald Trump, une conclusion s’impose : personne n’a rien vu venir. Mais en remontant le temps, force est de constater que nous ne voyons pas venir grand-chose :

  • 2016 : Brexit
  • 2014 : prise de Mossoul par Daech
  • 2012 : élection de Hollande et non de Strauss-Kahn
  • 2002 : Jean-Marie Le Pen au second tour des présidentielles
  • 2001 : 11 septembre, les New-yorkais ont vu venir les avions mais trop tard …
  • et plus loin, Pearl Harbour, Hitler, la Première Mondiale

aveuglement-autre-histoire-notre-monde-marc-ferroDans L’Aveuglement. Une autre histoire de notre monde paru chez Tallandier en 2015, Marc Ferro avec le recul de l’historien tente d’expliquer les causes de notre aveuglement permanent et donne donc quelques pistes.

À l’heure où l’on n’a jamais été autant informé, où les experts se bousculent, où les éléments d’analyse se multiplient, disponibles aujourd’hui quasiment en temps réel, l’implacable catalogue des situations que l’on n’a pas anticipées ne cesse de s’allonger. Moments critiques où pays entiers, dirigeants politiques ou simples citoyens, n’ont pas su, n’ont pas pu ou n’ont pas voulu après coup voir la réalité des faits. Tous ont été en proie à différentes formes d’aveuglement : manque de discernement ou de connaissances, déni, crédulité, poids des illusions ou des doctrines. Aveuglés aussi faute de courage devant les tragédies ou les convulsions en cours. (Quatrième de couverture)

Mais après tout, la catastrophe n’est-elle pas précisément ce qu’on n’a pas prévu ? Tout le monde connaît le Titanic mais personne ne connaît les milliers de navires qui ont évité un iceberg.

Et pourtant prévenir doit être possible.

Un exemple oublié : le célèbre bug de l’an 2000.

A posteriori, de nombreux commentateurs, de ceux « à qui on ne la fait pas », ont considéré qu’il n’y avait là rien d’autre qu’un prétexte à générer du chiffre pour les sociétés de service. Et pourtant, tous ceux qui ont participé à cette « chasse au bug » peuvent témoigner de l’ampleur des corrections qui ont dû être faites.

Tout le monde avait oublié qu’il y aurait un an 2000 – tout le monde ne croyait pas à la fin du monde en 1999 annoncée par Nostradamus et Paco Rabanne – mais cette négligence a su être réparée.

Un exemple controversé : la vaccination contre la grippe H1N1

La campagne ne servait selon les commentateurs cités précédemment qu’à générer du chiffre pour les sociétés pharmaceutiques (NB : la répétition est volontaire, l’autre a toujours tort de vouloir gagner de l’argent).

Le taux de vaccination a été inférieur aux prévisions. Mais l’épidémie a été mineure. N’y avait-il donc aucun danger ? On oublie généralement qu’il est inutile de vacciner tout le monde et qu’il suffit de vacciner une population ciblée pour cantonner la propagation d’une épidémie. Ce qui a été fait.

Il est donc possible de limiter les risques. Il faudrait pour ce faire que la confiance règne. Mais chacun préfère minimiser son risque personnel et immédiat qu’anticiper un risque global dont pâtira l’autre et qui l’entrainera inéluctablement. Vision étroite et à court terme car l’altruisme peut être un égoïsme intelligent.

Tout rapprochement avec ceux qui ne « croient » pas au réchauffement climatique est parfaitement prémédité.

 

Top 20 Livres Hebdo du 24 au 30 octobre 2016

Calme avant les prix littéraires …

Les vedettes se maintiennent. Mais le volume 19 des Légendaires se hisse au 3ème rang : mon petit dernier me dit que c’est excellent, je vous dirai bientôt ce que j’en pense.

Le Président qui ne devrait pas dire ça connaît un plus grands succès en librairie que dans les sondages mais que ses adversaires ne vendent pas la peau de l’ours prématurément. L’homme a du ressort et il peut surtout compter sur ses adversaires : à qui d’ailleurs doit-il son élection de 2012 ?

Le Guide des Egarés de Jean d’Ormesson perd deux places mais belle tenue tout de même (et toujours notre Au sujet du Guide des Egarés de Jean d’Ormesson).

Le succès de Laurent Gounelle ne se dément pas. On remarquera même qu’Et tu trouveras le trésor qui dort en toi entraine le retour de Le jour où j’ai appris à vivre.

Beau retour de Petit pays de Gaël Faye mais nous savons depuis qu’il n’a pas obtenu le Prix Goncourt.

Dans les nouveautés, on remarquera le beau score de Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique de la Conférence des Évêques de France. Un peu de hauteur de vue dans le débat politique ne saurait nuire et nous change un peu des pains au chocolat et de la bayrouphobie des sarkolâtres.

Puisque nous parlons politique, Lettres à Anne. 1962-1965 de François Mitterrand est en voie de sortie du classement. Mais, pour paraphraser Woody Allen, que le lecteur se rassure, il paraît que devrait bientôt paraître l’intégrale des notes de blanchisserie de Mitterrand. On y observera avec intérêt la disparition des taches récurrentes de gomina dès qu’il quitte Vichy, l’apparition des chaussettes roses à partir du Congrès d’Epinay et les écharpes rouges blumiennes (blumesques ?) après 1981. L’Histoire explique-t-elle le vêtement ou le vêtement est-il le moteur de l’Histoire ? Qu’en dirait Roland Barthes ?

Nous verrons la semaine prochaine l’impact des prix littéraires.

Voir aussi le

1 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
2 La fille du train
Paula Hawkins
3 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
+3
4 Les Légendaires. World Without 19. Artémus le Légendaire
Patrick Sobral
 nouveau 
5 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
-2
6 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
+2
7 La cabane. Lou ! Volume 7
Julien Neel
-2
8 L’Arabe du futur 3. 1985-1987
Riad Sattouf
-4
9 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
+1
10 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
+4
11 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
-4
12 Les cloches sonneront-elles encore demain ?
Philippe de Villiers
-3
13 Libérez votre cerveau ! Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société
Idriss Aberkane
-1
14 Demain les chats
Bernard Werber
+3
15 Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique
Conférence des Évêques de France
 nouveau 
16 Mirage
Douglas Kennedy
-5
17 Petit pays
Gaël Faye
+5
18 Check-Point
Jean-Christophe Ruffin
 nouveau 
19 Le jour où j’ai appris à vivre
Laurent Gounelle
 nouveau 
20 Lettres à Anne. 1962-1965
François Mitterrand
-7

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Prix Médicis 2016

Le jury Médicis a décerné ses trois Prix (roman, étranger et essai) aujourd’hui.

Laëtitia ou la fin des hommes (Ivan Jablonka)Prix Médicis

Décerné à Ivan Jablonka pour Laëtitia ou la fin des hommes (Seuil).

Ivan Jablonka analyse en sociologue et en romancier le fait divers et la vie douloureuse de Laëtitia Perrais assassinée en 2011. Son ouvrage tient donc à la fois du roman et de l’essai.

Les élus (Steve Sem-Sandberg)Médicis étranger

Décerné à Steve Sem-Sandberg pour Les élus (Robert Laffont).

En 1941 à Vienne, l’enfer dans un hôpital transformé en centre pour jeunes handicapés et délinquants.

 

Boxe (Jacques Henric)Médicis essai

Décerné à Jacques Henric pour Boxe (Seuil).

A partir de sa passion pour la boxe, Jacques Henric brosse un tableau des grandes figures de ce sport tout en plaçant leur épopée dans les grandes thématiques de l’histoire contemporaine.

 

Au sujet du Guide des Egarés de Jean d’Ormesson

Guide des égarés (Jean d'Ormesson)J’avais beaucoup aimé La Gloire de l’Empire de Jean d’Ormesson et j’en ai lu ensuite quelques ouvrages. Je trouve en outre le personnage extrêmement sympathique, archétype d’une certaine légèreté de l’esprit français que la pesanteur des nombreuses polémiques actuelles peut faire croire disparu.J’avoue avoir un peu perdu le fil de sa production, riche, continue et intense. J’ai profité de la publication de son Guide des Egarés pour reprendre le fil.

Vive les livres courts !

Un petit livre présente en effet plusieurs avantages. Il est évidemment plus vite lu. Mais il laisse espérer que l’auteur a su exposer de manière claire et synthétique une idée clairement ciblée. Rappelons-nous Blaise Pascal quand il disait : « Je n’ai fait celle-ci plus longue que parce que je n’ai pas eu le loisir de la faire plus courte. » (Les Provinciales. XVIème lettre).

Le contrexemple de cette règle est le fameux Choc des Civilisations de Huntington. Son article initial dans l’édition de Foreign Affairs de l’été 1993 fait 29 pages que je devrais d’ailleurs vous résumer un jour. Puis le livre est paru en 2000 : et le Choc des Civilisations (Odile Jacob) fait 545 pages. Le résultat est l’équivalent d’un bon Bourgogne dilué dans 19 fois son volume d’eau : il serait insipide s’il ne restait plus que le goût amer des tanins.

Cette dilution de l’idée a d’ailleurs eu pour effet secondaire de déformer totalement le message initial. Il est en effet difficile de retrouver l’intérêt de l’article dans le livre et surtout dans les commentaires qui en ressortent régulièrement. Et pourquoi donc ? Simplement parce que les commentateurs professionnels ne peuvent matériellement lire, analyser et donc comprendre correctement 10 pavés de 500 pages par semaine.

Donc. Vive les livres courts !

Les limites de l’exercice

Le livre court n’est cependant pertinent que s’il traite d’un sujet bien ciblé. Or Le Guide des Egarés, c’est son parti pris, brasse large ! Le temps, la matière, la vie, la mort, l’Histoire, Dieu, rien que ça … Le pari est audacieux. Le style est agréable mais laisse une double impression de malaise.

D’une part, il y a d’abord la responsabilité de l’écrivain. Jean d’Ormesson pourrait faire figure de sage et sa parole se voir conférer une légitimité et une autorité auxquelles il ne prétend aucunement. Mais il a des lecteurs … Et les lecteurs n’ont peut-être pas tous son discernement et son humilité qui transparaît dans les doutes nombreux qu’il exprime et l’accent qu’il met tout au long du livre sur le mystère.

D’autre part, cette responsabilité implique, sinon de dire la Vérité, de ne pas induire en erreur. Et j’en ai relevé au moins quatre de gravité variable selon la sensibilité du lecteur. J’ai noté trois erreurs de citation et une erreur théologique …

Quelques erreurs de citation

Le gattopardisme

Dans Le Guépard de Lampedusa, Tancrède, le neveu du Prince Salina, dit à son oncle avant de rejoindre les forces de Garibaldi : « Si nous voulons que tout reste en l’état, il faut que tout change » (de mémoire en italien : se vogliamo que tutto rimenga com’è, bisogna che tutto cambi). Salina, grand propriétaire terrien mais surtout conservateur de conviction, désapprouve en effet que son neveu rejoigne les rangs des révolutionnaires. Et Tancrède lui fait comprendre qu’il veut aussi conserver mais que seul le changement le permettra.

On retrouve d’ailleurs cette problématique exposée sur un mode plus léger dans Downton Abbey. Je soupçonne d’ailleurs le scénariste de Downton Abbey d’arrière-pensées politiques plus élaborées que les aventures amoureuses de Lady Mary.

Or Jean d’Ormesson cite un résumé de la phrase de Tancrède, ce qui peut se comprendre, mais l’interprète de la manière suivante : « même si tout change, dans le fond tout demeure ».

N’y aurait-il pas là un contresens surprenant de la part d’une personne aussi indiscutablement cultivée que Jean d’Ormesson ?

La mécanique quantique

Jean d’Ormesson cite au sujet de la physique quantique Niels Bohr qui aurait dit : « Celui qui dit avoir compris la physique quantique n’a rien compris à la physique quantique ».

La citation réelle est « Celui qui n’est pas choqué par la théorie quantique ne l’a pas comprise » (Anyone who is not shocked by quantum theory has not understood it). Il en existe plusieurs variantes tout aussi légitimes car c’est une idée que Bohr a émise à de nombreuses reprises.

La phrase citée par Jean d’Ormesson est généralement attribuée à Richard Feynman (1918-1988), Prix Nobel de Physique, grand physicien mais surtout immense pédagogue dont les cours à l’Université de Berkeley sont un délice pour le passionné de physique.

Je vous accorde que l’écart est aussi secondaire que les errements de Jean-François Copé sur le prix du pain au chocolat mais la précision des sources est tout de même un minimum.

En tout cas, on ne peut reprocher à Jean d’Ormesson une incompréhension de la physique quantique que Bohr et Feynman pardonnent aux physiciens eux-mêmes. A cet égard, Einstein est l’exemple même du scientifique qui n’a pas compris la physique quantique et, pire, en a refusé nombre de conséquences : chaque nouvelle confirmation montre en effet que Bohr a eu raison contre Einstein.

Le « brigandage » d’Ephèse

Jean d’Ormesson parle enfin des premiers conciles comme d’autant de « brigandages ». C’est aller un peu vite, un peu loin en une manière de church-bashing qu’il vaut mieux laisser à d’autres. Car seul le Concile d’Ephèse mérite ce titre.

Le Concile d’Ephèse a été convoqué en 430 par l’empereur de Constantinople Théodose II pour le 7 juin 431. Il a porté principalement sur les deux natures, divine et humaine, du Christ et a abouti à la condamnation des thèses de Nestorius. Mais ce n’est pas ici le sujet.

Pourquoi donc parler du « brigandage » d’Ephèse ? Sans entrer dans les détails, une bonne partie des évêques convoqués ne purent arriver dans les délais. Et ils étaient majoritairement favorables à Nestorius.

Il fut néanmoins décidé de délibérer sans attendre et la condamnation de Nestorius fut immédiate.

Cette façon quelque peu cavalière de gérer les débats, et la manière autoritaire de mettre un terme aux protestations, a mérité, à juste titre, le nom de « brigandage d’Ephèse ».

Mais en aucun cas, les autres conciles oecuméniques des premiers temps ne mériteront ce qualificatif même si les débats y furent tout aussi vifs.

Une erreur théologique

Jean d’Ormesson se revendique clairement catholique. Ce courage est tout à son honneur. Être catholique ne va en effet pas vraiment dans le sens de la doxa majoritaire.

Il prétend par ailleurs ne pas être philosophe même si son agrégation de philosophie lui confère la même légitimité qu’à d’autres agrégés qui n’ont pas ses pudeurs.

On peut donc supposer qu’il parle de Dieu en catholique et non en philosophe. Mais sur ce point, son texte n’est pas très clair.

C’est donc son point de vue catholique qui est surprenant. Dire en effet qu’on ne sait rien de Dieu et qu’on ne peut rien en dire semble faire fi de Jésus-Christ.

Dans le chapitre 14 de l’Evangile de Saint Jean, on lit en effet :

  • verset 7 : Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu.
  • et au verset 8, la question de Philippe : Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit.
  • lui vaut la réponse du verset 9 : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ?

Avouons que ces trois versets peuvent laisser de marbre un non-croyant s’ils ne provoquent pas chez lui une franche hilarité : c’est en effet « Folie pour les Grecs, scandale pour les Juifs ».

Mais de la part d’un catholique confessant comme Jean d’Ormesson, j’avoue une certaine surprise.

L’exigence de l’affection

Peut-être suis-je un peu dur avec Jean d’Ormesson. Mais c’est sans doute parce que l’aime bien. Et que de ceux qu’on aime, on craint la déception et on espère la perfection. Ce n’est qu’affection exigeante ou exigence affectueuse s’il existe une différence.

Et après tout, les approximations de Jean d’Ormesson ne nuisent pas à l’intérêt de son ouvrage à condition qu’on ne le prenne ni pour un manuel de sagesse ni pour un livre de théologie mais une piste de réflexions.

Car beaucoup, trop, d’auteurs proposent actuellement leur propre manuel de sagesse. Il suffit de lire la production pléthorique d’un Frédéric Lenoir quand il ne s’agit pas de la litanie des « romanciers de développement personnel » qui fleurissent depuis l’Alchimiste de Paolo Coelho (voir le Top 20 de la semaine dernière).

Et Jean d’Ormesson  suscitant en nous des questions pertinentes, plus qu’en fournissant des réponses, superficielles voire convenues, se tire avec les honneurs de l’exercice difficile d’une certaine sagesse.

 

 

Top 20 Livres Hebdo du 17 au 23 octobre 2016

Un classement relativement stable cette semaine.

Seulement deux nouveautés en effet font une entrée correcte en 8ème et 12ème place, ce qui ne bouscule par vraiment le classement :

  • un manga français réalisé par le youtuber Kevin Tran : Ki & Hi volume 1. Deux frères. Sa réputation youtubesque a sans aucun doute contribué à la promotion du titre. Ci-joint un échantillon sur YouTube. Une confidence : la vidéo dure 8 mn 40 s, j’ai craqué à 2 mn 11 s car je n’avais toujours pas réussi à sourire. Je n’ai pourtant pas les lèvres gercées. Peut-être suis-je trop vieux pour ce type de rire ? Et je ne vais pas tout de même pas « faire le jeune », façon Jack Lang pour être populaire … Bref, vous êtes assez grands pour vous faire une idée par vous-mêmes.
  • Libérez votre cerveau d’Idriss Aberkane, déjà présent depuis quelques temps au Top 50 des essais. Etrangement, je n’ai jamais constaté que les sociologues s’intéressaient à l’obsession de nos contemporains pour l’intelligence. Parlez du cerveau, de son utilisation ou de surdoués et c’est le tabac assuré ! Tiens, un jour, je vous ferai un post sur le QI. Un ami me bassinait tellement avec le QI de sa fille surdouée (son fils ne l’étant pas, le pauvre …) que je me suis renseigné sur le sujet. En résumé, oui le QI veut dire quelque chose et non les sourdoués ne sont pas nécessairement malheureux ni infréquentables. Mais surtout si vous pensez que votre enfant ou vous-mêmes êtes surdoués, allez passer un test : c’est fiable et ça calme (les prétentions ou les angoisses, tout dépend du résultat).

Autres mouvements significatifs :

Le Guide des Egarés de Jean d’Ormesson gagne encore une place. Nous vous recommandons la lecture du commentaire Au sujet du Guide des Egarés de Jean d’Ormesson.

Bref, vivement la semaine prochaine !

Voir aussi le

1 Harry Potter et l’enfant maudit
J.K. Rowling
2 La fille du train
Paula Hawkins
+1
3 Guide des égarés
Jean d’Ormesson
+1
4 L’Arabe du futur 3. 1985-1987
Riad Sattouf
-2
5 La cabane. Lou ! Volume 7
Julien Neel
6 Un Président ne devrait pas dire ça …
Fabrice Lhomme, Gérard Davet
7 Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
8 Deux frères. Ki & Hi. Volume 1
Kevin Tran, Fanny Antigny
 nouveau 
9 Les cloches sonneront-elles encore demain ?
Philippe de Villiers
+1
10 Opération Napoléon
Arnaldur Indridason
-2
11 Mirage
Douglas Kennedy
+4
12 Libérez votre cerveau ! Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société
Idriss Aberkane
 nouveau 
13 Lettres à Anne. 1962-1965
François Mitterrand
-1
14 Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
Laurent Gounelle
-1
15 Intimidation
Harlan Coben
+1
16 One Piece. Tome 80
Eiichiro Oda
-5
17 Demain les chats
Bernard Werber
-8
18 Le secret du mari
Liane Moriarty
+1
19 L’instant présent
Guillaume Musso
+4
20 Les lois naturelles de l’enfant
Céline Alvarez
-3

Liste publiée par Livres Hebdo

← Semaine précédente Semaine suivante →

Grand Prix de l’Académie Française 2016

Le dernier des n^tres (Adélaïde de Clermont-Tonnerre)L’Académie Française vient de remettre son Grand Prix 2016 à Adélaïde de Clermont-Tonnerre pour son roman Le dernier des nôtres paru chez Grasset le 17 août dernier.

Elle l’emporte part 11 voix contre 5 à Benoît Duteurtre pour Livres pour adultes paru chez Gallimard.

 

Le dernier des nôtres dans la presse de ce jour :

Voici un roman comme la France en produit rarement : c’est-à-dire guère français, mais « pulp », d’esprit feuilletoniste et américanotrope. Adélaïde de Clermont-Tonnerre dirige le magazine Point de vue après être passée par l’École normale supérieure. Entre monarchies républicaines et vanités royales, un esprit rendu attentif aux généalogies ne peut qu’explorer les archives du XXe siècle. C’est dans ce mouvement que l’auteure de Fourrure (2010) place son nouveau livre

la suite sur le site du Point

C’est Adélaïde de Clermont-Tonnerre qu’a choisi cette année l’Académie française, couronnant l’auteure pour son deuxième livre, « Le dernier des nôtres : une histoire d’amour interdite au temps où tout était permis » (Grasset), l’histoire d’amour d’un couple américain ambitieux : un jeune homme de la classe moyenne et une jeune héritière artiste dans le New York effervescent de la Factory d’Andy Warhol

la suite sur le site de La Croix

Adélaïde de Clermont-Tonnerre a remporté, jeudi 27 octobre, le Grand Prix du roman de l’Académie française pour son second roman, Le Dernier des nôtres, publié chez Grasset.

Adélaïde de Clermont-Tonnerre a été choisie au premier tour par onze voix, contre cinq attribuées à Benoît Duteurtre pour Livre pour adultes (Gallimard) et trois à Sylvain Prudhomme pour Légende (Gallimard).

Après un début de carrière dans la finance, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, 40 ans, s’est orientée vers le journalisme. Elle est aujourd’hui directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Point de vue.

Elle reçut cinq prix pour son premier roman, Fourrure, publié en 2010 (Stock). Elle fut également finaliste du prix Goncourt du premier roman et figurait sur la liste d’été du prix Renaudot.

la suite sur le site du Monde

Ils ont abattu les grands arbres de Kurt Jaïs-Nielsen

ils-ont-abattu-grands-arbres-kurt-jais-nielsenKurt Jaïs-Nielsen vient de publier son deuxième roman Ils ont abattu les grands arbres chez Tensing. Il nous a paru normal d’en parler pour 3 raisons.

Pourquoi après avoir évoqué le Prix Médicis et les quatre finalistes du Goncourt, évoquerais-je un auteur encore méconnu publié chez un éditeur qui l’est tout autant ?

Raison n°1

La réponse est peut-être dans la question. Pourquoi toujours céder à la mode et au flux médiatique inévitable sinon imposé ? Il paraît plus de 200 romans en moyenne par semaine. Comment se retrouver dans une telle production qui peut prétendre avoir tout lu ? Il est donc logique que les grands éditeurs et médias « simplifient » la tâche des lecteurs. Et je ne parle pas de celle des libraires car au total, ce sont plus de 1200 titres qui paraissent chaque semaine en incluant bande dessinées, mangas, ouvrages techniques et livres pour enfant.

Il n’empêche qu’on peut donner sa chance à un auteur et à un éditeur. Voilà, c’est chose faite.

Raison n°2

Le thème du roman a également attiré mon attention. En voici la présentation par l’éditeur :

Quand Eva part pour le Rwanda elle pense laisser derrière elle le mal de vivre qu’elle traîne depuis l’adolescence. Plus que la verdeur et les brumes du pays des mille collines, ce sont les habitants d’un village proche du lac Ruhondo, Jean, sa mère Solitude, Agathe sa grand-mère qui lui feront découvrir un bonheur simple qui la comble. Mais bientôt la réalité sauvage du génocide rwandais les submergera.

À son tour, Eva parviendra-t-elle à sauver Jean, l’enfant rescapé d’une tuerie hutue ? Quelle sera l’issue de leur errance sur les routes jonchées de cadavres et de misère ? Trois ans plus tard, de retour à Paris, elle est rattrapée par son ancienne mélancolie qui ne la quittera plus. Est-ce cependant une raison suffisante pour commettre l’irréparable ?

La thématique du génocide rwandais et de la nostalgie des Grands Lacs africains revient régulièrement comme un remords qu’on essaie d’enfouir sans jamais y parvenir. La France a joué un rôle dans ce drame mais lequel ? Fut-il bien ou malveillant ? Le saura-t-on un jour ?

Mais surtout, si les pays occidentaux devaient faire le travail de deuil et de réparation nécessaire, ils devraient aussi traiter la génocide silencieux du Kivu, voisin du Rwanda, qui continue pendant que nous regardons ailleurs, parfois même à juste titre puisque d’autres drames se jouent à nos portes.

D’ailleurs sur la thématique des Grands Lacs, Petit Pays de Gaël Faye fait actuellement une belle carrière et a encore toutes ses chances pour le Goncourt.

Donc si la douceur et la violence de la région des Grands Lacs vous interpellent et si vous ne voulez pas jouer le jeu des prix littéraires, laissez vous tenter par Ils ont abattu les grands arbres

Raison n°3

Kurt est un ami …

N’est-ce pas la meilleure des raisons ?

Il a aussi publié le 30 septembre 2015 Le Goût de la Rhubarbe, un polar original qui a reçu le Prix Scriborom 2015. (Kurt avait oublié que c’était mon anniversaire le 30 et que j’adore la rhubarbe : je ne suis pas rancunier).