Mont Plaisant

Auteur(s) :

Éditeur :

Paru le : 06/01/2011

 

Mont Plaisant
19.00 €

En 1931, Sara arrive au Mont Plaisant, quartier de Yaoundé, offerte en cadeau au sultan Njoya
chassé de ses terres du Bamoun par l'occupant français. Elle a neuf ans, a été arrachée à sa mère
pour rendre confortable l'exil du sultan. Elle doit rejoindre les 300 femmes de Njoya, lorsque des
circonstances imprévues poussent la matrone qui l'y prépare à la travestir en garçon, et c'est
désormais sous le nom de Nebu que Sara va vivre au Mont Plaisant au coeur d'une cour déclinante,
tandis que les nations se préparent à la Seconde Guerre mondiale. Soixante-dix ans plus tard, Bertha, une jeune Camerounaise étudiant aux Etats-Unis, rentre au pays et rencontre Sara, maintenant âgée. Le dialogue entre les deux femmes raconte l'histoire du Cameroun dans l'entre-deux-guerres, en révélant d'incroyables personnages. Tout d'abord Njoya lui-même, homme d'une grande curiosité scientifique, inventeur d'un alphabet, entouré d'une colonie d'artistes, qui s'évertue à faire prospérer l'art raffiné de son peuple. On croise aussi Joseph Ngono, professeur de langues africaines à l'université de Berlin en 1913, qui, face à la difficulté de vivre dans une Allemagne en guerre, décide de rentrer au Cameroun, où sa déception est cruelle. Joseph qui est aussi le père de Sara' Finalement est aussi narré le destin du vrai Nebu, celui que Sara a remplacé : un sculpteur qui aimait une femme inaccessible et transformait ses rêves en statues d'une beauté parfaite. Nebu, dont la fin tragique donne à sa mère le désir de le remplacer par Sara' Alors que la narratrice Bertha reconstitue ces différentes vies, elle nous emmène au coeur des conflits en Afrique entre Français, Anglais et Allemands durant la première moitié du XXe siècle, conflits ayant eu des répercussions considérables sur les sociétés africaines. Un roman total, ambitieux, magistralement construit et écrit, sur l'amour, le pouvoir, la petite histoire victime de la grande, le colonialisme, la beauté de la civilisation bamoun, la vitalité de ses artistes, la tragédie de son déclin. Un beau portrait de femme aussi, car la lumière de ce récit demeure le regard de cette petite fille de 9 ans que Sara, même très âgée, continue à porter sur ce monde complexe qu'elle a si bien su comprendre à sa manière'

Sujets : , ,


L'AUTEUR


Patrice Nganang est romancier, poète et essayiste. Son roman Temps de chien (Le Serpent à plumes, 2001) a reçu le prix Marguerite Yourcenar et le Grand Prix de la littérature d'Afrique noire en 2003. Parmi ses autres titres : La Joie de vivre (Le Serpent à plumes, 2003), L'Invention d'un beau regard (Gallimard, 2004) et Manifeste d'une nouvelle littérature africaine (Homnisphères, 2007).


DONNÉES TECHNIQUES


Pages506
Format18.8 x 14.6 x 2.4 cm
Poids499 g
ISBN9782848761770