Mallarmé

ou l'obscurité lumineuse

Auteur(s) : ,

Éditeur :

Paru le : 23/04/2014

 

Mallarmé
30.00 €

Organisé à la fin d'un siècle, le vingtième, où Mallarmé avait été en quelque sorte démultiplié, ce colloque a notamment permis que d'importantes personnalités (dont Antoine Compagnon, Jacques Rancière, Jean Ricardou, Michael Riffaterre, Salah Stétié) confrontent, sans dogmatisme abusif, leurs thématiques et leurs positions.

Ainsi ont été abordés certaines oeuvres (dont le Sonnet en -yx et Igitur), la question bibliographique et la réception parodique, ainsi que le rapport à l'histoire et au politique, au Livre, au théâtre et à la peinture, voire à la différence sexuelle, sans oublier, évidemment, des spéculations plus strictement poétiques. Le présent ouvrage propose en outre cinq lettres inédites de Mallarmé à Marcel Schwob, ce qui complète cet ensemble déjà fort riche.

Sujets : ,


EXTRAIT


DANIEL OSTER

Ce que je pourrais dire de Stéphane Mallarmé

LA QUESTION QUE JE ME SUIS POSÉE à moi-même - ce que je pourrais dire de Stéphane Mallarmé - et qui était à l'origine purement dilatoire, pourrait paraître contrevenir à l'usage de la disparition élocutoire requis en pareille circonstance, nonobstant la «retraite chaste de plusieurs», telle que pratiquée ici, où il faut pourtant parler - et c'est chacun qui parle.

Mais qui ? Qui parle à l'instant, et qui parlera lorsque chacun viendra sur l'estrade, en guise d'histrion véridique ou spirituel.

Nous savons bien que la littérature consiste, selon Mallarmé, «à supprimer le Monsieur qui reste en l'écrivant». Le programme n'est pourtant pas si simple, et Valéry notait, à propos de Narcisse, qu'il n'est pas rare que «la Pensée trouve un Monsieur dans le miroir» (Cahiers, XI, 1926, p. 689).

Est-ce donc si sûr que je puisse réaliser cette délicate rature dans ce simple discours écrit au Macintosh, quel que soit le désir que j'en aie, comme il l'eut sans doute lui-même à Oxford, Cambridge ou Bruxelles, et sans doute tout autant rue de Rome ?

Au point que je me disais dans le train, tout à l'heure, que j'eusse mieux fait de m'abstenir, et de persévérer dans une absence et une abstention non pas seulement élocutoire, plus testienne que mallarméenne, qui a lieu pourtant à la lisière d'une forêt, quittée hier, qui jouxte de quelques kilomètres fétichistes Valvins, où «une quiétude menteuse de riches bois suspend alentour quelque extraordinaire état d'illusion»...

Mais nous savons bien tout de même que la maison de Valvins était fort encombrée de visiteurs loquaces venus de la Cité ou des lieux-dits tout proches, confrères nombreux et jeunes filles ou jeunes femmes, dont les visites étaient narrées par le menu aux dames, vous en avez la liste dans vos mémoires, quitte pour l'hôte de Cayenne à passer, selon le mot de Degas, pour encore un ermite qui connaissait l'heure des trains, comme si le champ littéraire était aux champs, de même que l'on sait la liste des attentifs spectateurs et sectateurs des mardis ou celle des convives des banquets, dont on connaît les menus, les toasts, les admis, les exclus, ou encore la liste des gens de lettres à qui on accusait réception des envois, prétextant des vacances pour des réponses brèves et tardives mais non sans aménité et sans pompe.

De sorte qu'à l'extrême limite, le causeur qui s'est assis il y a quelques minutes, et qui va sans doute y aller d'un Sait-on ce que c'est qu'écrire ?, pourrait se trouver excusé d'être encore un Monsieur, et de n'être jamais que cela, du fait qu'il le faisait bien lui-même, notre héros.

Et personne rue de Rome ne se fut avisé qu'il n'y avait pas là - sous les habits du prêtre, de l'officiant, du mystagogue - un sujet, un individu, une personne, un citoyen, un employé de l'État, un père de famille même, un époux, un amant, un personnage, et même en outre un poète, qui finit d'ailleurs en prince, un homme dont la voix était tout de même celle-là aussi qui allait vers la femme ou l'amie comme elle était allée vers Anatole, un monsieur dont le corps avait telle posture, portait telle histoire, telle mode, comme en attestent les portraits ou photos, et l'infinité de ces témoignages que nous avons été formés à considérer comme nuls et non avenus pour les dissoudre dans l'anonymat du Personne ne parle.
(...)


DONNÉES TECHNIQUES


ReliureBroché
Format15 x 23 cm
Poids581 g
ISBN9782705688547