La guerre des forêts

Luttes sociales dans l'Angleterre du XVIIIe siècle

Éditeur :

Paru le : 23/01/2014

 

La guerre des forêts
15.00 €

Au début des années 1720, dans les environs de Windsor, une véritable "guerre des forêts" oppose les petits paysans à l'oligarchie locale, qui entend leur interdire l'accès à ses réserves et terrains de chasse. Il en résulte une loi terrible, le "Black Act", qui rend passible de la peine de mort le braconnage et le simple fait de pénétrer armé, ou le visage maquillé de noir (d'où le nom de "loi noire"), dans une forêt ou un parc, pour y tuer ou voler un cerf. L'atteinte à la propriété est ainsi criminalisée à l'extrême, et cette loi ne sera abrogée qu'un siècle plus tard, en 1827. Cet épisode s'inscrit dans la longue histoire de la résistance paysanne face au capitalisme agraire, qui grignote peu à peu tous les anciens droits d'usage collectifs et réduit les plus faibles à la misère. Il illustre la violence de la domination sociale dans l'Angleterre des rois George, où l'oligarchie des notables whig règne par la loi du profit et la corruption. L'analyse magistrale qu'en donne le grand historien britannique E. P. Thompson montre comment s'impose, dans l'arène juridique, la défense de la propriété individuelle contre les solidarités traditionnelles et les droits coutumiers. Il fait revivre la brutalité du pouvoir des notables, et la détermination des braconniers, perdants magnifiques : la "guerre des forêts" est aussi une lutte de classes sans merci.

Sujets : , ,


DONNÉES TECHNIQUES


Pages200
ReliureBroché
Format13 x 19 cm
Poids181 g
ISBN9782707177179