Une contre-histoire de la IIIe République

Auteur(s) : , ,

Éditeur :

Paru le : 07/03/2013

 

Une contre-histoire de la IIIe République
26.50 €

La classe politique française n'a cessé de célébrer la République au lieu d'y réfléchir. Dans la mythologie politique nationale, la IIIe République occupe l'une des meilleures places. Elle traîne derrière elle une mémoire positive qu'incarnent une figure familière, Marianne, une devise prometteuse, "Liberté-Égalité-Fraternité" et de mémorables réalisations, l'école, la démocratie ou l'armée des citoyens. Dans les années 1980, historiens et hommes politiques se sont alliés pour chanter les louanges d'un "modèle républicain" enchanté résumant un "rêve français" au fondement d'une identité nationale. Cet acharnement aveugle à certains angles morts a du coup suscité les critiques, remettant en cause poncifs et clichés cultivés par l'historiographie républicaine de la IIIe République. Celle-ci n'avait-elle pas oublié d'accorder le droit de vote aux femmes ? N'avait-elle pas ardemment colonisé le monde aux noms des valeurs les plus ambivalentes ? L'inclusion politique des ouvriers n'avait-elle pas été payée du prix de leur exclusion sociale ? À la légende dorée de la République s'est ainsi opposée une légende noire ternissant un "modèle" de ses impensés, de ses oublis, voire de ses crimes. Cette contre-histoire de la IIIe République appelle un autre regard. Elle s'attarde sur des réputations usurpées sans pour autant tenir le discours de l'accusation. Elle réfute les mises en cause anachroniques en présentant la IIIe République non comme un modèle à suivre ou à contourner, mais comme un moment d'histoire à penser.

Sujets : ,


L'AUTEUR


Marion Fontaine est historienne, maître de conférences à l'université d'Avignon. Elle est notamment l'auteur de Le Racing Club de Lens et les Gueules Noires. Essai d'histoire sociale (Les Indes Savantes, 2010) et Une politique du temps libre ? 1981-1983 (Fondation Jean Jaurès, 2011). Frédéric Monier est historien, professeur à l'université d'Avignon. Il est notamment l'auteur de La Politique des plaintes (La Boutique de l'Histoire, 2007) et de Corruption et politique : rien de nouveau ? (A. Colin, 2011). Christophe Prochasson est historien, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. Il est notamment l'auteur de Saint-Simon ou l'anti-Marx (Perrin, 2005), Vrai et faux dans la Grande guerre (La Découverte, 2004), 14-18. Retours d'expériences (Tallandier, 2008), La Gauche est-elle morale ? (Flammarion, 2010). Avec les contributions de : Bruno Bertherat, Patrick Cabanel, Frédéric Caille, Gilles Candar, Alain Chatriot, Olivier Cosson, Nicolas Delalande, Yves Deloye, Quentin Deluermoz, Laura Downs, Vincent Duclert, Jens Ivo Engels, Jean-Louis Fabiani, Sudhir Hazareesingh, Natalie Petiteau, Anne Rasmussen, Nicolas Roussellier, Odile Roynette, Guillaume Sacriste, Klaus-Peter Sick, Perrine Simon-Nahum, Pierre Singaravélou, Judith Surkis, Claire Zalc.


DONNÉES TECHNIQUES


Pages401
ReliureBroché
Format15.4 x 24 x 3.2 cm
Poids522 g
ISBN9782707174239