L'art fantastique

Éditeur :

Paru le : 10/11/2010

 

L'art fantastique
93.10 €

Le fantastique n'est-il pas une dimension inhérente à la création artistique, qu'elle soit musicale, littéraire ou plastique? En un sens, tout artiste pourrait dire, avec Baudelaire, qu'il "préfère les monstres de sa fantaisie" à "la laideur de la nature" (Salon de 1859). Dimension si essentielle qu'elle unit des oeuvres littéraires aussi distinctes que celles de Borges, Poe, Maupassant ou Hoffmann; et que, en dehors même du genre consacré, elle imprègne les récits plus "réalistes" de Rulfo (Pedro Párramo), Balzac (Le Chef-d'oeuvre inconnu), Henry James (What Maisie knew) et de bien d'autres'Le risque est donc de l'envisager comme une notion si vaste et si confuse qu'elle englobetout ce qui s'oppose au plat naturalisme' toutes les oeuvres d'imagination peuvent, dès
lors, s'y rattacher, de près ou de loin. Ou, à l'inverse, de chercher à le définir a priori selon des catégories abstraites qui le distinguent du fabuleux, du merveilleux, du féerique, et de s'enfermer dans un pédantisme étroit et borné. L'approche de Werner Hofmann s'écarte de la confusion disparate comme du dogmatisme. Elle est concrète, ouverte, subtilement analytique. Dans chaque oeuvre, il guette, pour l'extraire, l'essence particulière du fantastique qui en émane: et de cette sensuelle phénoménologie, ainsi que des rapprochements ou des écarts intellectuels inscrits dans le
contexte historique de l'art occidental, se dégage une vision plurale et féconde du fantastique, perçu non pas négativement, comme ce qui refuse le réel, mais, plus profondément et selon l'étymologie du terme, comme ce qui "apparaît" en lui, émanant imperceptiblement de la réalité par étrange déviation, ou rompant brutalement avec lui : accident (?), "caprice", ou morbide schizophrénie. Vision toujours inquiétante, tant elle se fonde sur le mystérieux et sur l'inexplicable. Du haut Moyen Âge aux surréalistes, l'auteur éclaire ainsi la quête, sans cesse renouvelée par les artistes, d'une "autre réalité", au long de l'histoire d'un art toujours plus conscient et réfléchi, qui perçoit son essence et sa justification dans un rapport dialectique et tendu entre le fantastique et la réalité extérieure et intérieure du monde et de l'esprit. Cette aventure hors du champ rassurant de la "réalité" appréhende, dans les deux sens du terme!, le réel, mais déformé par les arabesques, les labyrinthes, les montages (Bosch, Picabia), les anamorphoses, les visions cauchemardesques ou fantomatiques.

Sujets :


L'AUTEUR


Werner Hofmann, qui a dirigé, à sa fondation, le musée du XXe siècle à Vienne (1959-1969), puis celui de la Kunsthalle de Hambourg jusqu'en 1990, est l'un des grands historiens de l'art vivants. Outre ses ouvrages sur Friedrich, Klimt et Kokoschka, on lui doit des études sur Braque, Degas, Daumier, La Caricature, de Léonard à Picasso, des essais consacrés aux ruptures de l'art moderne et un texte essentiel sur Goya.


DONNÉES TECHNIQUES


Pages320
Format31.8 x 27.2 x 4 cm
Poids2.8  g
ISBN9782742793501