10 Ans, 10 auteurs, 10 nouvelles

Nouvelle Génération

Auteur(s) : , , , , , , , , ,

Éditeur :

Paru le : 07/03/2008

 

10 Ans, 10 auteurs, 10 nouvelles
6.00 €

Reprendre la première phrase de son premier roman pour offrir aux lecteurs 10 nouvelles inédites, c'est le pari audacieux qu'ont relevé 10 auteurs de talent pour fêter les 10 ans de Nouvelle Génération.

L'exercice a du style, les auteurs aussi !

Les 10 ans d'une collection culte qui n'a pas dit son dernier mot.

Le concept est simple et séduisant. Pour fêter avec panache ses 10 ans, la collection «Nouvelle Génération» s'offre un recueil de 10 nouvelles inédites par 10 auteurs «phares» de son catalogue. De Florian Zeller à Arnaud Cathrine, de Nicolas Rey à Grégoire Bouillier, tous se sont prêtés au jeu en acceptant une seule contrainte : commencer sa nouvelle par la première phrase de son premier roman publié dans la collection. Un exercice de style accompli avec talent, humour et originalité. Preuve, s'il en fallait, que la jeune littérature française est bien en vie.

La mention «Nouvelle génération» sur les J'ai lu avait agacé tous les participants - nous étions trop individualistes pour nous sentir membres d'une génération ; mais, avec le recul, c'était la vérité ; J'ai Lu et Librio ont fait un très beau travail. - Michel Houellebecq

Sujets :


EXTRAIT


Nous adorons les premières phrases
par Vincent Ravalec

- C'était un canon et elle avait seize ans, je l'avais prise en stop à la sortie de Veules-les-Roses, on avait continué ensemble et maintenant, quinze jours plus tard, dans une chambre du Grand Hôtel à Cabourg, je lui ai annoncé que j'avais des tracas...
- Pardon, j'avais dit, ne comprenant pas très bien.
- Vous ne vous en souvenez pas ? Effectivement, cela me disait vaguement quelque chose, mais en même temps je n'arrivais pas très bien à me rappeler de quoi il s'agissait.
- Vous travaillez comme guide touristique maintenant ?
- Comment ça ?
Je commençais à éprouver un sentiment de gêne. J'avais fait des pieds et des mains pour décrocher cette place avec un tour-opérateur, pour me documenter en prévision d'un futur livre. Cela faisait trois jours que je crapahutais avec un parapluie devant servir de signe de ralliement à un groupe de personnes âgées, affublées qui plus est par l'agence de voyages d'un chapeau jaune bouton-d'or.
- Vous êtes écrivain, non ?
- Heu oui, mais là je fais un repérage, j'avais répondu un peu sèchement, pour éluder, parce qu'elle me mettait réellement mal à l'aise.
- C'était un canon et elle avait seize ans..., elle avait redit en me regardant droit dans les yeux.
Mon Dieu, mais oui, je savais d'où venait cette phrase. C'était la première de mon premier roman : Cantique de la racaille. Le moment où le héros, Gaston, prenait en stop la fille qui allait être en partie l'instrument de son ascension comme la planche savonneuse causant sa perte.
- Ah, j'avais souri, me radoucissant soudainement. C'est... oui, bien sûr...
En fait, dans ce genre de situation, je ne savais jamais trop quoi dire. Si bien que le plus souvent je me contentais d'un hochement de tête concerné, en prenant un air un peu idiot, tout en éprouvant bien sûr un petit contentement intérieur, il était toujours plaisant de voir que l'on avait été lu.
Comme mon interlocutrice ne semblait pas partie pour discourir plus avant sur les qualités littéraires de mon livre, je m'étais senti obligé d'ajouter :
- Premier roman, enfin je veux dire, évolution depuis, oui, mais en même temps... bonne histoire je pense... peut-être un peu datée maintenant, mais aussi... enfin je veux dire, témoignage sur l'époque...
Elle avait des lunettes avec des verres épais. Elle avait dû être jolie. Peut-être pas un «canon», comme l'héroïne de mon livre, mais certainement une jolie femme. Son chapeau jaune bouton-d'or lui allait pas mal.
- Je ne sais pas, je n'ai lu que la première phrase.
- Ah, avais-je dit, un peu déconcerté. Et... vous la connaissez par coeur.
- Oui, avait reconnu mon interlocutrice. Par coeur.
- Nous adorons les premières phrases, avait ajouté une autre voix derrière moi. Une première phrase est comme un petit gâteau sucré que l'on déguste avec une coupe de Champagne rosé. C'est un plaisir inestimable.
J'avoue que je n'avais jamais pensé à mes premières phrases en ces termes, mais après tout pourquoi pas. Brusquement j'ai pris conscience que le groupe était en fait plus... bizarre qu'il ne m'était apparu au premier abord. Leurs vêtements d'abord, qui avaient un je ne sais quoi de farfelu.


DONNÉES TECHNIQUES


Pages148
Format18 x 1 x 11 cm
ISBN9782290007594