L’Islam est-il inexorable ?

Chahada. Confession de foi en l'Islam

Chahada. Confession de foi en l’Islam

Il ne sera pas ici question de civilisations, de leurs chocs éventuels, supposés ou niés mais de simple mécanique. Tout le monde peut devenir musulman mais il est impossible d’en sortir à la manière des étoiles dans le trou noir cosmique. L’islam est-il inexorable ?

Pertinence de la notion de « conversion à l’Islam »

Précisons d’emblée que l’Islam se considère inexorable. Il y a en effet un malentendu général au sujet de la notion de conversion. En effet en Islam, la notion de conversion « entrante » a peu de sens car l’Islam se considère comme la condition naturelle de l’Homme. Il s’agit donc d’un retour à un état originel béni et non d’une conversion au sens chrétien. Dans la logique islamique, comment comprendre qu’on puisse quitter l’Islam sans quitter sa condition d’homme authentique ? Ce qui constitue une première justification de la peine de mort pour apostasie.

Conversion aux différentes religions

Considérons pour simplifier le schéma qu’il y a quatre grandes religions, en ce qui concerne leurs effectifs, plus l’athéisme (en y incluant l’agnosticisme et l’indifférence). L’approximation ne nuit en rien au raisonnement. Les religions retenues seront le christianisme, l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme.

Christianisme

Devenir chrétien est de plus en plus difficile (voir ce lien comme information non comme tentative de prosélytisme), le processus qui mène au baptême est long voire décourageant. Passons outre le fait que les catholiques rechignent désormais à convertir ce dont ne se privent pas les évangéliques. Sortir du christianisme est au contraire très facile et nos contemporains ne s’en privent pas.

Hindouisme

Devenir hindou est très difficile puisqu’il faut être né en Inde de parents hindous et qu’il vaut mieux mourir en Inde également. Ce que font de plus en plus de gens, non pas qu’il y a un flot de conversion à l’hindouisme mais parce que la population de l’Inde augmente. Vous l’aviez tous remarqué. Notons au passage qu’être disciple d’un gourou hindou ne fait pas de vous un hindou.

Bouddhisme

Devenir bouddhiste est très facile mais l’est-on vraiment puisqu’on peut aussi bien l’être sans l’être tout à fait. En fait pour le bouddhisme tout est illusion par conséquent la notion de conversion n’y a aucune pertinence, comme celle d’apostasie d’ailleurs. Je caricature à peine. Il y a bien une formule de conversion au bouddhisme : « Je prends refuge dans le Bouddha. Je prends refuge dans le Dharma. Je prends refuge dans le Sangha. » Le Dharma signifie ici mon état au sens où les chrétiens naguère entendaient le « devoir d’état », notion largement démodée (à tort ?). Le Sangha est la communauté des croyants.

Islam

Devenir musulman est très facile (voir ce lien avec le même regard que le précédent, comme information non comme tentative prosélyte). Il suffit de proclamer la « chahada » devant témoins, musulmans de préférence, mais ce n’est même pas obligatoire. Et la sortie de l’Islam est théoriquement impossible, en pratique punie de mort. Donc faites attention de ne pas dire trop de bien du Prophète devant vos deux amis Noureddine et Djamel le dernier soir où vous aurez trop bu avant d’être devenu musulman par inadvertance. Je plaisante mais je ne devrais pas, on se prend une « fatwa » pour moins que ça.

Athéisme

Devenir athée est le plus facile : il suffit de ne rien faire. Certes des esprits compliqués cherchent à se faire radier des registres du baptême … Mais la pratique montre que même les athées (ou agnostiques) les plus convaincus, quand vient l’ « heure suprême », bref la mort, sentent comme une légère inquiétude dans le creux de l’estomac voire de l’âme et s’empressent de faire le « pari de Pascal » sachant que dans son infinie miséricorde le Christ a pris ardemment la défense des « ouvriers de la 11e heure ». Mais est-on vraiment « athée confessant » ?

Conclusion mécaniste en forme de défi dialectique

Donc en terme de mécanique, l’hindouisme est hors périmètre en tant que système isolé, le bouddhisme et l’athéisme sont trop volatils pour être mesurés, le christianisme est de type ouvert et perd son contenu. L’islam quant à lui ne peut qu’augmenter puisque que l’entrée y est facile et que la sortie en est impossible.

Donc l’Islam est inexorable.

Si cette conclusion vous déplaît, vous avez toute licence pour réfuter mon raisonnement.

Si elle vous enchante, ne vous enthousiasmez pas trop, cette conclusion est très certainement réfutable.

Enfin, si vous ne comprenez rien au second degré, je ne peux rien pour vous.

Laisser un commentaire