Bernard Arnault le Belge

Bernard Arnault a fait sa fortune sur une certaine image du luxe français. Y serait-il parvenu sur l’image mondiale du luxe belge ? C’est douteux. Il doit donc au moins à la France l’image qu’elle a acquise au fil des siècles. Il peut payer sa contribution.

Socrate accepta de boire la cigüe car il considérait que la cité qui le condamnait injustement avait fait de lui ce qu’il était et qu’il devait donc fidélité à ses lois. Bernard Arnault n’est donc pas Socrate. Mais on le savait déjà.

Enfin quel que soit le gouvernement et sa politique, tant qu’il demeure dans le cadre de l’Etat de droit, se soustraire à l’impôt sous des prétextes économiques fallacieux revient à refuser la loi commune et se forger sa loi privée. C’est un retour à la barbarie, fût-elle en col blanc.

Les riches ne sont pas à maudire parce qu’ils sont riches : c’est là une forme de racisme. Cependant certains comportements donnent des verges pour se faire battre : « faire payer les riches » criera-t-on à gauche, « mort aux ploutocrates cosmopolites » entendait-on outre-Rhin.

Mais ici ce n’est pas de richesse et de réussite qu’il s’agit mais simplement de cupidité. Le problème n’est plus économique ni politique mais psychologique. Avec une fortune estimée à 41 milliards d’euros (principalement des actions de son groupe LVMH, donc risqués et mérités) quel est donc le problème de Bernard Arnault ? Une question de principe économique ? Allons voyons …

Une simple question : Bernard Arnault présente-t-il la feuille de soins de son psy à la Sécurité Sociale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *