Ces poètes qui repoussent les marges du jour

La CroixNous nous permettons de reproduire ici in extenso un article de La Croix du 6 juillet 2011, intitulé Ces poètes qui repoussent les marges du jour signé de François-Xavier Maigre. Nous espérons que ce quotidien, parmi nos préférés, ne nous en tiendra pas rigueur.

Des recueils d’inspiration chrétienne s’attachent à déceler la beauté du monde ordinaire, dans un jeu d’échos troublants

Le flot des parutions réserve parfois d’heureuses coïncidences. Il en va ainsi de ces trois superbes recueils où l’écriture poétique renoue, sans bruit et sous des formes diverses, avec la force signifiante qui fait parfois cruellement défaut à la poésie contemporaine. Sans bruit, car ces trois auteurs ont choisi l’écoute et l’humilité pour exprimer leur rapport au monde, à ses mystères.

Ce parti pris est particulièrement sensible chez Jean-Pierre Lemaire, dont le tout premier recueil, Les Marges du jour, vient d’être réédité trente ans après sa parution. D’illustres aînés ont depuis longtemps adoubé ce poète discret, tel Philippe Jaccottet, qui signe la postface de l’ouvrage : « J’entends là une voix totalement dépourvue de vibrato, miraculeusement accordée au monde simple, proche et difficile dont elle parle et qu’elle essaie calmement, patiemment de rendre encore une fois un peu plus poreux à la lumière. »

De fait, ces petits textes imposent d’eux-mêmes leur évidence en réinscrivant la démarche poétique au cœur de la Création : « Adolescents, nous jetions en marchant le paysage entier, touffu dans notre hotte ; les forêts vendangées, foulées nous donnaient leur souffle et nous ressuscitions chaque feuille plus verte à l’intérieur de nos poitrines. »

Empreint de spiritualité, le regard de Jean-Pierre Lemaire a ce pouvoir de mettre à nu « Champs, villages de cendres/traversés jusqu’à l’horizon/par les rails de la foudre » : « Tu cherches l’aiguillage/derrière tes yeux/et sous le vertige/les racines du paysage ». Et même si, pour lui, « la vérité/est une chambre de silence/dont on sort sans tête », sa parole est de celles qui élèvent l’âme. On ne quitte pas ce livre comme on y est entré.

Dans une veine comparable, le Petit jardin de ciel que cultive avec passion Jean-Pierre Boulic, se lit avec bonheur. Le poète finistérien, dont l’œuvre vient d’être saluée par la Société des gens de lettres, s’attache à déceler les traces d’en haut dans ces paysages bretons qu’il affectionne tant : « Écouter s’éveiller/L’émerveillement des simples/Et la voix du magnolia// Ce beau secret mis en abyme/Sous un dais de hauts nuages/L’aubier dans la lumière// Le temps au chant ailé/Que la main de l’aube a posé/Dans un repli de silence. » Veilleur immobile, le poète, selon lui, doit se tenir « au seuil du jour », là où « les arbres en vêtement blanc » sont « si proches de la confidence ».

Ces vers, Jean Maison, auteur du Premier Jour de la semaine, pourrait les faire siens sans difficulté. Cet ancien proche de René Char exprime lui aussi sa fibre chrétienne dans une célébration mystique de la nature : « Ce premier mai, jour de l’Ascension, le pommier se ressaisit, laisse passer l’ondée. Partout, le ciel bas l’accompagne. La patience de chaque feuille, la gloire immense de l’arbre se déploient dans une trinité inventive. »

Calqué sur le calendrier liturgique, ce recueil étonnant semble avoir été consigné, tapi derrière un bow-window, à l’affût des métamorphoses saisonnières… Chacun à leur manière, ces trois auteurs ramènent la poésie à ce qu’elle devrait toujours rester : un jardin de mots.

ET AUSSI :  Petit jardin de ciel de Jean-Pierre Boulic, Éd. La part commune, 96 p., 13 € ; Le Premier jour de la semaine, de Jean Maison, Ad Solem, 64 p., 19 €.

Vous êtes en train de modifier la page qui affiche vos derniers articles

WordPress. Impossible d'ajouter au menuProblématique

Hier, je vous parlais d’un blocage dans la mise à jour de mes menus WordPress. Je cliquais sur « Ajouter au menu » et rien ne se produisait. Pas plus d’ajout d’entrée supplémentaire à mon menu que de messages d’alerte.

Après avoir tout testé (changement de thème, désactivation de plugins, …), j’avais constaté qu’un simple nettoyage de la base avec WP (ou Advanced) DB Cleaner en version basique réglait le problème sans que je sache pourquoi.

Aujourd’hui nouveau problème de même facture, je veux créer un nouvel article. La zone de saisie du texte n’apparaît pas et, à la place que devrait occuper le permalien, s’affiche le message sybillin suivant :

Vous êtes en train de modifier la page qui affiche vos derniers articles

Mais désolé mon WordPress chéri, quand nous nous sommes quittés hier, nous filions le parfait amour. Et ce matin, j’arrive sans avoir rien fait et tu me fais cette scène ?

 

Solution (partielle, ça ne doit pas devenir une habitude)

Les deux paragraphes suivants sont un simple copier/coller des paragraphes de mon post précédent.

Je me dis qu’après tout, je vais tenter un nettoyage de la base. J’utilise pour ce faire le plugin WP (ou Advanced) DB Cleaner en version basique.

Il me nettoie quelques trashposts et dashboard transient feeds, puis j’optimise les tables. Et bingo ! ça marche.

Et ce n’est guère plus satisfaisant. Je vais donc lancer une enquête têtue mais de faible intensité : j’ai un peu autre chose à faire.

L’enquête :

  • le 26 août à 12h27 : le problème s’est reproduit. Je n’ai supprimé que les dashboard transient feeds. Le problème a persisté. Malgré leur nom barbare, les dashboard transient feeds sont donc hors de cause.
  • le 26 août à 13h16 : le problème se reproduit avec une fréquence qui devient exaspérante. Cette fois, je n’ai supprimé que les 3 révisions que m’annonce le plugin de nettoyage. Et ça marche ! La prochaine fois, je regarderai l’allure de ces révisions. A suivre …
  • le 27 août à 14h01 (eh ! oui ! je bosse même ls week-ends d’août) : j’élimine une par une les entrées inutiles sauf deux révisions de posts. Toujours le même blocage. Juste pour voir, je supprime les deux révisions – tout à fait simples, légitimes et tout et tout – manuellement dans phpMyAdmin et miracle ! la situation est débloquée.

Conclusion, deux petites révisions toutes gentillettes bloquent la saisie d’articles … ça ne sent pas le bug WordPress ça ?

ET LE TOUR EST JOUÉ ! ALORS ON DIT MERCI QUI ?

A WORDPRESS DE JOUER !

WordPress. Impossible d’ajouter au menu

WordPress. Impossible d'ajouter au menuProblématique

Je souhaitais mettre en place de nouvelles entrées dans le menu principal et unique de mon thème.

Qu’il s’agisse d’une catégorie, d’une page, d’un lien personnalisé, je clique sur « Ajouter au menu » et que se passe-t-il ? Rien. Pas même un message d’erreur.

En mise à jour par la personnalisation, je vois bien les entrées s’afficher sur la pré-visualisation. Mais après enregistrement et publication, la modification n’est pas prise en compte.

Comme j’utilise un thème-enfant, je me dis que j’ai peut-être commis une boulette. Je reviens donc au thème de départ. Même absence de résultat.

J’essaie alors les thèmes par défaut Twenty Fourteen, Twenty Fifteen, Twenty Sixteen. Pas mieux.

Je désactive donc les plugins (dont l’inévitable Yoast SEO sur lequel je reviendrai). Rien ne bouge. Sauf mes nerfs qui se mettent doucement en pelote et ça fait mal.

En désespoir de cause, je réinstalle mon WordPress déjà en vr 4.6. Rien n’y fait : cette fois, par élimination, je suis sûr que ça provient de ma base de données.

Alors je cherche sur Google et en particulier sur le support de WordPress francophone. Et là, je tombe sur un article qui me met la puce à l’oreille Impossible d’ajouter des éléments au menu. Le contexte de l’article ne correspond pas à ma situation – l’hébergement OVH mis à part – mais me fait penser à une solution ..

Solution (partielle, une fois n’est pas coutume)

Je me dis qu’après tout, je vais tenter un nettoyage de la base. J’utilise pour ce faire le plugin WP (ou Advanced) DB Cleaner en version basique.

Il me nettoie quelques trashposts et dashboard transient feeds, puis j’optimise les tables. Et bingo ! ça marche.

Mais avouons que ce n’est guère satisfaisant, il me semble qu’il y a une fragilité dans le module wp-admin/nav-menu.php de WordPress. Et ce problème n’est pas récent (voir cet article).

Si vous avez des pistes …

ET LE TOUR EST JOUÉ ! ALORS ON DIT MERCI QUI ?

Le Furet du Nord Dunkerque comme exemple

Pôle Marine DunkerqueLa librairie va mal, c’est une évidence. Les causes en sont multiples et le sujet sensible.

Livres Hebdo, toujours très attaché à la cause des libraires, profite de la pause estivale pour faire le tour des librairies qui font mieux que survivre. Y aurait-il donc des recettes de réussite ?

Le Furet du Nord Dunkerque comme exemple

Dans sa newsletter d’hier, Livres Hebdo évoque la librairie Le Furet du Nord à Dunkerque. Qu’une librairie s’en sorte à Dunkerque, ville qui depuis 3 décennies subit de plein fouet la désindustrialisation, ressemble à une performance. Or le constat de l’article n’est pas si réjouissant.

Le Furet du Nord, grande librairie historique de la Grand-Place de Lille, avait déjà ouvert une succursale à Dunkerque place de la République en centre-ville. Mais le succès n’avait pas été au rendez-vous et la librairie avait dû fermer. Entretemps Virgin Megastore avait tenté l’aventure dans une nouvelle zone commerciale, le Pôle Marine, combinant restaurants, cinémas et commerces divers.

Chacun sait ce qu’il est advenu de Virgin Megastore, victime non de l’évolution du marché du livre mais de celui de la musique. Le Furet prit donc sa place en novembre 2013.

Avec un certain succès puisque Livres Hebdo précise que le chiffre d’affaires du Furet du Nord Dunkerque est passé de 2 M€ à 2,5 M€ de 2014 à 2015. Le Furet du Nord Dunkerque se classe ainsi au 84ème rang des librairies françaises.

Une réussite indiscutable mais peu rassurante

Cependant le directeur du Furet reconnaît avec honnêteté que la hausse de son chiffre d’affaires est principalement due à la fermeture de Majuscules, librairie trentenaire de Dunkerque située en plein centre-ville sur la célèbre Place Jean Bart. Il semble donc difficile de maintenir deux acteurs du commerce culturel même dans une ville de 90 000 habitants, placée au coeur d’une agglomération de 250 000 habitants.

Le lecteur attentif aura remarqué que nous n’avons plus dit « librairie » mais « commerce culturel ». Le Furet dispose en effet d’un « vaste rayon » CD et vidéo, héritage du Virgin Megastore, ainsi que d’un rayon papeterie conséquent qui devrait encore se développer. En outre, il commercialise des produits dérivés autour de l’ésotérisme.

Quant au livre, il se concentre autour de la littérature (Majuscules avait une forte activité de livres scolaires et universitaires), du polar, de la science-fiction et du développement personnel.

Le constat est donc en trompe-l’oeil :

  • le Furet bénéficie donc d’abord de la disparition d’un concurrent, qu’il a d’ailleurs peut-être accélérée en un juste retour des choses
  • mais il montre que la librairie seule ne peut pas garantir la survie : la diversification est indispensable. Les marges sur le livre ne sont en effet pas suffisantes et nous reviendrons ultérieurement sur ce point.

Renouveau de DerniersParus (étape 2)

Les données de l’ancienne version ont été reprises et la mise à jour reprendra deuxième quinzaine d’août : c’est la rentrée pour tout le monde n’est-ce pas ?

En outre, DerniersParus s’enrichira prochainement d’un certain nombre de blogs thématiques de conseils et d’idées dont le politiquement correct ne sera pas la caractéristique majeure. Le livre n’est-il pas là pour nourrir les débats ?

Quelques jours de vacances et à très bientôt chers amis.

Rigueur et austérité, ce n'est pas la même chose !

Les mots ont un sens que diable ! Or ils sont de plus en plus utilisés pour exprimer ce qui n’est pas (la fameuse communication), et de moins en moins pour exprimer ce qu’ils sont censés signifier, c’est-à-dire leur définition dans tout dictionnaire sérieux.  Application pratique :

Rigueur :

1. (acception hors contexte). 2. dureté extrême d’une règle, d’une obligation, d’une action. 3. (acception hors contexte). 4.Grande exactitude, rigueur intellectuelle

Austérité:

1. sévérité, rigorisme de moeurs, de comportement. Economie : Politique d’austérité , visant à la diminution des dépenses de consommation.

Les deux termes n’ont donc ni la même signification, ni la même connotation.

Tout économiste sérieux sait et dit, fût-il allemand, qu’une politique d’austérité a un effet récessif qui, à court terme, produit l’effet inverse de celui qui était recherché : bref, l’austérité est contreproductive.

En revanche, on remarque que la rigueur signifie d’abord, le sérieux, l’honnêteté et la constance dans l’effort. La rigueur n’a donc rien d’incompatible avec une politique de relance, elle exige cependant que chaque élément de cette politique soit financé, non seulement en montant mais aussi en maturité.

Les ressources nécessaires pour financer un « coup de pouce » au SMIC et des investissements d’infrastructure ne sont pas de même nature et de même durée. Le critère de financement est donc l’outil premier de sélection dans une politique de rigueur.

L’aspect stratégique d’une mesure est d’un autre domaine. La politique de rigueur n’est en effet pas un fin en soi. Elle est au service d’une stratégie. Mais savons-nous simplement ce que nous voulons ? C’est la question de bon sens à la base d’une stratégie. Car il est difficile de dessiner un itinéraire quand on ignore la destination. Ce que disait déjà Sénèque dans Lettre à Lucilius n°LXXI (version latineversion française) :

Ignoranti quem portum petat nullus suus ventus est (« Aucun vent n’est propice à celui qui ne sait vers quel port il va »)

Le débat politique sur Internet

Si, comme moi, vous lisez les informations sur Internet, surtout en ce jour de Brexit, n’avez-vous pas été frappés de la teneur des contributions des lecteurs, terme excessivement flatteur que j’emploie pour parler des commentaires. Et j’avoue y contribuer parfois.

Prenons donc un exemple sur le site du Point.fr. Aujourd’hui a eu lieu une jolie passe d’arme en Emmanuel Macron, qu’il est inutile de présenter, et Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au budget beaucoup moins connu. L’enjeu en était l’ISF, sujet ô combien polémique mais qui n’est pas celui de cet article.

Je cite l’ensemble des contributions (en gras le titre, je ne mentionne pas le pseudo du commentateur, et je liasse les fautes de frappe, rares pour une fois)  :

Dynosore. Il ne sait pas encore que l’année prochaine il sera à la retraite

Entre les deux, qui est le plus intelligent ? Eckert n’a sûrement jamais quitté ses charentaises de fonctionnaire pour faire autre chose et en particulier une carrière dans le privé !

Les vieux pachydermes bolcheviques sont toujours la ! Il ne faut plus se demander pourquoi notre pays est dans un tel etat de délabrement financier et moral quand on entend les réflexions dogmatiques stupides de ces politiciens d’un autre temps capables de sortir de telles stupidités en 2016 !

Une très basse cour. Tout ce qui caquette et qui a des plumes devrait être banni du journal.

Ce type de contributions, massivement présent dans un hebdomadaire d’une réelle qualité qu’à titre personnel je lis avec intérêt et plaisir, est assez surprenant de la part de lecteurs censés être cadres ou retraités et a priori d’un bon niveau d’instruction ou d’éducation. Et ceci appelle plusieurs remarques :

  1. aucune réflexion sur le fond : l’ISF a comme tout impôt l’inconvénient d’exister, l’avantage de financer la dépense publique. Il serait intéressant de citer une analyse sérieuse du sujet.
  2. notons au passage que l’ISF pousse à l’exil fiscal, il n’est probablement pas le seul : l’impôt sur les sociétés est une cause majeure d’exil fiscal des entreprises
  3. des attaques ad hominem qui ne font pas réellement avancer le débat
  4. l’évocation des « bolcheviques » qui révèlent une structure mentale et une pensée politique datée de 1989, surprenant donc de voir ce type de lecteur en appeler à la modernité
  5. évidemment, une attaque en règle des « fonctionnaires », sources de tous les maux

Le débat politique ne vole donc pas très haut. En fut-il toujours ainsi ? Probablement. Mais je me rappelle des débats autrement plus intéressants autour du Traité de Maastricht en 1992 ou du projet de Constitution Européenne de 2005, preuve que nous en sommes capables. Alors quel est ce plaisir pervers de se présenter comme un imbécile ?

Idolâtrie de la croissance

La Croissance ou la légendaire Corne d'Abondance

La Croissance ou la légendaire Corne d’Abondance ?

 

La Croissance, notez la majuscule, est devenue une idole. Peuples et rois ne jurent que par elle. Pas un jour sans que son nom ne soit prononcé comme la solution de tous nos problèmes. Mais malheureusement, la Croissance n’est pas toujours là où on l’attend, aussi généreuse qu’on l’espère et semble trop souvent propices à d’autres peuples. Alors, on la conspue, on la méprise, on la nie et on lui dresse comme rivales de nouvelles idoles.

Car gare aux dieux qui oublient les Hommes car les Hommes les oublient. En lui octroyant sa victoire au Pont Milvius, le Christ n’a-t-il pas incité Constantin et l’Empire après lui à abandonner Jupiter, Mars et tout l’Olympe ? Cet exemple, dénué de prosélytisme mais non d’historicité, autorise à se demander s’il en est des dieux comme des idées ou plus généralement des paradigmes.

Car s’il est peu probable qu’Aphrodite existe, il faut espérer que la Beauté et l’Amour existent. A l’inverse, les guerres éclatent et éclateront que Mars ou Arès existe ou non. Mais ces idoles ont été oubliées parce que les Hommes ne savaient plus ce que signifiaient ces dieux, les histoires archétypales qu’ils vivaient et ce qu’ils nous disaient des Hommes. Il a manqué à ces dieux une « théologie » qui ne faisait pas défaut au christianisme.

Pour en finir avec cette métaphore religieuse, la Croissance n’est-elle qu’une idole, un slogan d’usage commode quand le politique doit dans les 90 s capter l’attention de l’électeur qui ensuite passe à autre chose ?

C’est le problème des termes trop communs voire banalisés : tout le monde croit savoir, bien évidemment ce qu’ils signifient, et tirent des conclusions qui ont quelques difficultés à être pertinentes compte tenu du point de départ erroné.

Un sondage d’il y a quelques années – dont nous avons malheureusement perdu la référence – montrait qu’une large majorité des sondés croyait que la croissance était celle du pouvoir d’achat. Dans ce cas, l’évocation du terme Croissance sonne un peu comme « Du pain et des jeux ! » car qui refuserait un pouvoir d’achat supérieur, quitte à ne pas l’utiliser ?

Nous entamons donc ici une réflexion sur la Croissance pour tenter d’y discerner sa signification, ses potentialités et ses incapacités. Et pour ce faire, il faudra bien repartir de sa définition. Les économistes chevronnés riront peut-être de ce rappel aux évidences mais d’une part, reprendre un problème à son point de départ n’est jamais totalement inutile, d’autre part, il y a moins d’économistes chevronnés qu’on ne le croit, surtout dans un pays qui lors d’un championnat de football compte 60 millions de sélectionneurs – bébés compris – ou qui lors de l’élection d’un Pape se découvre 60 millions de théologiens.

… à suivre